Zeghmati: Aucun journaliste,incarcéré à cause de ses écrits

Zeghmati évoque des financements étrangers, pour porter atteinte à l'unité et la sécurité de l'Etat

« Il n’y a pas  en Algérie un seul journaliste en prison en raison de ses écrits », souligne le ministre de la Justice, Garde des Sceaux,Belkacem Zeghmati,lors de son intervention à l’occasion de la rencontre organisée par le ministère de la Communication, avec les syndicats des journalistes.

« A ma connaissance, les journalistes qui sont actuellement en détention préventive, font l’objet de poursuites qui relèvent du droit commun et non rien à voir avec leur activité, même si les choses sont présentés parfois comme telles », insiste le ministre. Pour Zeghmati, la Constitution algérienne a décriminalisé le délit de presse, ajoutant que le  journaliste, en dehors de l’exercice de son activité reste un justiciable comme les autres et doit faire l’objet de poursuites judiciaires selon la loi, s’il commet un délit qui relève du droit commun.