L’Algérie condamnée à bannir la rente

Démographie: 43,9 millions d'habitants en Algérie en janvier 2020

 Une grande partie des algériens est inquiète dans le sillage de la propagation du Coronavirus, l’effondrement des prix du pétrole et la sécheresse.

Si cet état de fait sera sans aucun doute néfaste sur l’économie algérienne, à court terme , il sera peut être porteur d’espoir en matière de changement de stratégie socioéconomique, et changement de gouvernance économique, en se débarrassant de la culture de la rente qui pénalise l’Algérie et son peuple depuis des décennies. Ainsi, l’Algérie est condamnée à diversifier son économie, en procédant à de nouveaux mécanismes producteurs de richesses dans certains segments de l’activité économique.

L’Algérie est condamnée à mettre fin à l’assistanat en encourageant la production, la productivité et la création, via l’industrie de transformation des produits agricoles, pour diminuer voire en finir avec l’importation de produits de consommation, à booster les PME/PMI et StartUp, ce qui ne sera que bénéfique pour diminuer l’impact de la culture de la rente, génératrice de paresse et corruption