Communiqué du Conseil des ministres

Communiqué du Conseil des ministres

Le Président de la République, Abdelmadjid  Tebboune a présidé dimanche une réunion du Conseil des ministres,  sanctionnée par un communiqué, dont voici le texte intégral:

« Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des  forces armées, ministre de la Défense nationale a présidé, dimanche 19  avril 2020, la réunion périodique du Conseil des ministres.

A l’entame de la réunion, le Premier ministre a présenté le bilan des  activités du gouvernement depuis la tenue, le 22 mars dernier, de la  dernière réunion du Conseil des ministres.

S’en est suivi un exposé du ministre de la Justice, Garde des sceaux qui a  présenté, pour débat et adoption, un avant projet de loi modifiant et  complétant l’ordonnance n 66-156 du 08 juin 1966 portant Code pénal.

Les dispositions du texte proposent une adaptation de cette loi avec les  mutations survenant dans le pays, afin de prendre en charge les nouvelles  formes de criminalité qui en découle, et combler le vide dans le système  juridique en matière de gestion des crises.

Les dispositions, adoptées par le Conseil des ministres, proposent aussi  de criminaliser les actes qui se sont répandus ces dernières années au  point de menacer la sécurité et la stabilité du pays, notamment la  diffusion de fakenews pour porter atteinte à l’ordre et à la sécurité  publics, l’atteinte à la sûreté de l’Etat et à l’unité nationale, la  falsification en vue de l’obtention d’aides publics financières,  matérielles et en nature, ainsi que d’exonérations fiscales. Il s’agit  aussi d’actes portant atteinte à la probité des examens et concours, de  mise en danger d’autrui ou à leur intégrité corporelle.

Il est question également d’un durcissement des peines pour les crimes  d’outrage et d’agression contre la personne de l’imam, destruction ou  profanation de lieux de culte publics, et enfin l’augmentation des limites , minimales et maximales, de l’amende relative à la violation des  règlements émanant de l’administration.

Intervenant au terme de cet exposé, le président de la République a affirmé  que ce projet s’inscrivait dans le cadre de ses engagements ,notamment pour  ce qui a trait à la moralisation de la société et de l’administration, et à  la rupture définitive avec les pratiques ayant porté atteinte à l’image de  l’Etat et à la probité de ses cadres, à condition que ça intervienne dans  le cadre d’un Etat fort et équitable sans aucune ambiguïté entre la liberté  et l’anarchie.

Et d’ajouter, nous sommes déterminés à édifier une véritable démocratie ,étant une revendication populaire irréversible, une démocratie accordant à  tout un chacun la place qu’il mérite indépendamment de sa position sociale.

Le président de la République a fait observé que pareille démocratie que  nous ambitionnons de construire ensemble, n’arrange pas ceux qui ont  répandu la corruption sur la terre en amassant des fortunes suspectes et  bénéficié de privilèges indus en usant de différents moyens.

La véritable démocratie ne saurait se construire que dans le cadre d’un  état fort avec sa justice et sa cohésion nationale, et nous sommes  déterminés à édifier cet Etat avec son référent novembriste. L’Etat fragile  ne peut donner lieu qu’à l’édification d’une pseudo démocratie ouvrant les  portes à l’anarchie et à la violation de la loi, à l’utilisation de l’Etat  à des fins personnelles, et il me désole de dire que nous vivons une  certaine anarchie affectant parfois les fondements de l’unité nationale et  la conspiration avec certains réseaux étrangers hostiles au pays.

Le Président a demandé, par la suite, au ministre de la Justice, Garde des  sceaux de transmettre ses remerciements et son estime aux magistrats pour  les efforts consentis afin de rendre des jugements équitables, préservant  la nation de l’injustice et de la corruption.

Le Conseil des ministres a ensuite entendu le ministre de  l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire  qui a présenté un exposé sur l’opération de solidarité en faveur des  familles nécessiteuses impactées par la crise sanitaire et celles  bénéficiant de l’aide annuelle au titre du mois sacré de Ramadhan.

Il ressort des statistiques que jusqu’au 18 avril en cours, 388.000  familles impactées, dont plus de 178.000 (45%) dans la wilaya de Blida, ont  bénéficié de plus de 12.000 tonnes de produits alimentaires à titre d’aides  issues de 39 wilayas dans le cadre de la solidarité.

De plus, 220.000 familles vivant dans 5.500 zones d’ombre ont été  entièrement couvertes en termes d’aides mais aussi de moyens nécessaires à  une vie décente, comme l’eau potable.

Dans le cadre de la lutte contre la spéculation et le monopole, 482  dossiers ont été déférés à la Justice et quelque 2.500 tonnes de produits  alimentaires et plus de six millions et demi (6,5 millions) d’unités de  produits et équipements pharmaceutiques, tels que les médicaments, les  solutions hydroalcooliques, les gants et les masques, ont été saisies.

Concernant l’allocation de solidarité pour le mois sacré de Ramadhan, dont  le président de la République a décidé de porter le seuil minimum à 10.000  DA, le ministre a fait état de l’achèvement du recensement de 2.200.000  familles, dont les listes sont en cours d’assainissement pour éviter les  doubles allocations. Un montant de 22 milliards de DA a été alloué à cette  opération.

Quant aux autres catégories impactées par les mesures préventives, à  l’instar des professions libérales, celles-ci restent soumises à la  régulation des secteurs concernés, pour la mise en place des mécanismes et  dispositions nécessaires à leur prise en charge.

Au terme de l’exposé, le président de la République a affirmé que la  solidarité est un phénomène salutaire qui honore l’Algérie et lui confère  sa particularité dans le monde.

Une qualité qui caractérise notre grand peuple à chaque fois qu’il a  rendez-vous avec l’Histoire comme aujourd’hui face à la pandémie de nouveau  Coronavirus ou hier avec le Hirak populaire béni, a ajouté le Président  Tebboune.

Adressant ses remerciements au peuple algérien pour cet élan de solidarité  qui a atténué l’impact de la crise, ainsi qu’aux walis, cadres et société  civile qui l’ont encadré et ont concouru à sa réussite, M. Tebboune a  appelé à la reconstruction de la société civile de manière à favoriser son  adhésion au contrôle populaire, et ce par l’encouragement des associations  caritatives.

Le président de la République a souligné, à ce propos, que le véritable  contrôle est le contrôle populaire et non pas administratif, ordonnant aux  ministres de l’Intérieur et du Travail de classer les associations qui se  sont distinguées pendant la crise sanitaire actuelle en associations  d’utilité publique, sans lesquelles nous n’aurions pas pu obtenir ces  résultats impressionnants en matière de solidarité et de distribution des  aides.

Il a ensuite enjoint d’accélérer l’agrément des associations civiles  sérieuses, au niveau national ou local, à condition qu’elles soient  affranchies de toute orientation politique ou idéologique. Par la suite, le ministre de l’Industrie et des Mines a pris la parole  pour présenter un exposé sur la situation du secteur à commencer par  l’organisation du ministère au niveau central ainsi que ses structures et  ses entreprises.

Il a également présenté une étude détaillée sur les divers systèmes  juridiques et réglementaires régissant l’investissement et la gestion du  secteur public commercial, relevant les vides et lacunes existant,  essentiellement l’absence d’une stratégie industrielle nationale.

Ainsi, et partant de la réforme des structures de gouvernance et de  gestion direct de l’économie productive, le ministère a tracé une stratégie  industrielle à travers :

Premièrement : La révision du cadre législatif relatif à la promotion de  l’investissement.

Deuxièmement : La réorganisation du secteur économique public relevant du  ministère de l’Industrie et des Mines en vue de sa relance et sa séparation  complètement du Trésor public en tant que principal pourvoyeur, Réagissant à cet exposé, le président de la République a affirmé que l’évaluation doit s’appuyer à la réalité amère pour pouvoir sortir avec une  vision claire de ce que nous voulons réaliser.

Malheureusement, a-t-il déploré, cette réalité montre que nous ne sommes  pas parvenus, à ce jour, à produire localement à 100% un téléviseur ou un  réfrigérateur alors que l’Algérie recèle des compétences scientifiques dans  les divers domaines. Des compétences qui ont démontré leur potentiel dans  notre lutte collective contre la propagation de la pandémie du Coronavirus,  a ajouté M Tebboune.

Dans ce cadre, le Président de la République a insisté sur  la prise des mesures pratiques pour accélérer la mise en place d’un nouveau  model économique basé sur la diversification du développement et l’économie  du savoir, en sus d’une nouvelle politique d’industrialisation orientée  vers les industries petites, moyennes et émergentes.

En matière du montage industriel, le Président de la République a mis  l’accent sur l’importance d’accorder la priorité aux produits garantissant  un taux d’intégration élevé en vue de réduire la facture d’importation et  créer des postes d’emploi, instruisant, par la même, de recenser toutes les  ressources naturelles nationales non exploitées afin de renforcer nos  capacités d’exportation, de compenser la baisse des recettes hydrocarbures  et de préserver cette richesse aux générations montantes.

Et d’ajouter, nous avons des compétences algériennes et des ressources  matérielles susceptibles de nous mettre à l’abri de l’instabilité des  recettes pétrolières, appelant à mettre en valeur les ressources humaines  afin de remporter le pari, de surmonter les séquelles de la pandémie  Covid-19 et de jeter les fondements d’une véritable industrie nationale  dans le cadre d’une véritable économie, dont les échéances et les objectifs  sont bien définis.

Le Conseil a écouté, par la suite, un exposé du ministre de l’Energie sur  cette crise inédite que connaissent les marchés mondiaux du pétrole en  raison de la baisse de la demande due à la stagnation de l’économie  mondiale suite à la propagation de la pandémie de nouveau coronavirus et la  production anarchique de certains pays producteurs, ce qui a eu pour effet  une saturation des marchés et un effondrement des prix.

L’exposé a rappelé qu’en vertu de l’accord du 12 avril courant de l’OPEP +  relatif à la baisse de la production en trois étapes jusqu’à avril 2022, la  part des exportations de l’Algérie va baissé, pour une première étape, de  241.000 barils/jour, puis de 816.000/barils/ jour à compter du 1er mai.

Cette part augmentera à partir du premier juillet jusqu’à 864.000  barils/jours avant d’atteindre le seuil de 912.000 barils/jours entre  janvier 2021 et avril 2022.

Intervenant à l’issue de l’exposé, le Président de la République s’est  interrogé jusqu’à quand devrons nous rester tributaire des fluctuations du  marché mondial du pétrole, mettant l’accent sur la nécessité de se tourner  résolument et avec détermination vers l’industrie pétrochimique, le  développement des secteurs de l’industrie et de l’agriculture et  l’exploitation des ressources humaines sortant chaque année de nos  universités afin de permettre aux jeunes de mettre en avant leur génie  habituel.

Le Président Tebboune a insisté également sur la nécessité de s’orienter  immédiatement vers l’investissement dans le secteur des énergies  renouvelables pour l’exportation afin d’immuniser notre indépendance  économique contre toute éventualité pouvant se produire sur le marché  pétrolier.

Dans le même contexte, le Président de la République a appelé Sonatrach à  élargir ses plans d’investissement dans les projets pétroliers à l’étranger  afin d’améliorer les recettes de l’Etat.

L’exposé présenté par le ministre de la Santé, de la Population et de la  Réforme hospitalière a porté sur le développement de la situation sanitaire  du pays à travers une analyse des statistiques relatives à la pandémie de  nouveau coronavirus et du volume des stocks disponibles actuellement au  niveau de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) ou des hôpitaux, qui  s’élève aujourd’hui (hormis la commande dont l’arrivée est prévue avant le  10 mai prochain) à 25 millions masques ordinaires, 900.000 autres pour les  professionnels de la santé, 255.000 boîtes de Chloroquine, et 215 mille  tests PCR ainsi que 36 mille tests PCR rapides.

Le ministre a en outre passé en revue la stratégie adoptée dans le cadre  de la lutte contre la pandémie, laquelle a permis de créer une plateforme  électronique permettant le contrôle de la situation et le suivi de  l’évolution de la pandémie, de la mobilité des patients, en sus de la  disponibilité des lits et des équipements de prévention, de protection, de  diagnostic et de traitement au niveau national.

Commentant cet exposé, le président de la République s’est incliné devant  la mémoire des victimes de la pandémie, avant de souhaiter prompt  rétablissement aux patients.

Dans le même sillage, Le Président de la République a exprimé sa  satisfaction quant à l’amélioration relative en matière de lutte contre la  propagation de la pandémie, appelant, à ce propos, à faire montre de  davantage de discipline, de vigilance et de patience.

Evoquant l’importation des équipements médicaux, le Président Tebboune a  ordonné la poursuite des actions programmées, en dépit de l’amélioration de  la situation, et ce en prévision de l’avenir