Les produits alimentaires suffisamment disponibles pendant le Ramadhan

Les produits alimentaires suffisamment disponibles pendant le Ramadhan

Les produits agricoles et alimentaires sont disponibles en quantités suffisantes pour répondre à la demande des consommateurs, et ce en dépit de la situation sanitaires difficile que vit le pays, ont rassuré mercredi à Alger les ministres du Commerce, Kamel Rezig et de l’Agriculture et du Développement rural, Chérif Omari.

Lors d’une réunion de coordination conjointe ayant pour ordre du jour le programme de régulation du marché pendant le mois sacré de Ramadhan, les deux ministres ont assuré que les deux secteurs avaient pris toutes les mesures nécessaires pour assurer l’approvisionnement du marché en matières essentielles pendant le mois sacré. S’exprimant à cette occasion, M. Rezig a fait état de la création d’un comité mixte présidé par les secrétaires généraux des ministères du Commerce et de l’Agriculture et doté de prérogatives lui permettant d’intervenir directement en coordination avec les services de sécurité pour contrôler et réguler le marché pendant le mois de Ramadhan.

Par ailleurs, il a précisé que le secteur ne pourra pas tenir ses promesses concernant l’ouverture de marchés de proximités, les ventes promotionnelles et les soldes en raison de la situation sanitaire prévalant dans le pays et des mesures appliquées pour prévenir la pandémie.

Mettant en garde les commerçants contre la spéculation à l’occasion du mois sacré, le ministre du Commerce a affirmé que l’Etat interviendra avec rigueur, à travers les équipes de contrôle. Et d’ajouter « tout spéculateur sera radié définitivement du registre de commerce ».Le ministre a appelé, en outre, les citoyens à rationnaliser leur consommation pour éviter toute éventuelle pénurie sur les marchés, rappelant que le Ramadhan était un mois consacré à l’exercice du culte et une occasion pour éviter les mauvaises habitudes, notamment le gaspillage.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Cherif Omari a affirmé que les efforts se poursuivaient afin d’assurer les conditions propices à la commercialisation des produits essentiels notamment ceux de large consommation durant le mois sacré. Indiquant que le secteur prévoit la récolte de 18 millions qtx de fruits et légumes, M. Omari a salué, dans ce sens, les efforts des producteurs, fellah et éleveurs qui continuent à travailler en cette conjoncture difficile.

A ce propos, M. Omari a rassuré que le secteur disposait d’un stock suffisant pour couvrir les besoins des citoyens durant ce mois, les appelant à rationaliser la consommation et à respecter les mesures préventives en allant acheter auprès des magasins.

Une plateforme numérique pour le suivi de l’approvisionnement du marché

Dans une déclaration à l’APS, le secrétaire général du ministère du commerce Karim Gueche a fait savoir que cette réunion a été couronnée par plusieurs décisions, notamment la réalisation d’une cartographie technique comportant toutes les informations relatives à l’approvisionnement du marché qui sera dirigée et suivie par les deux ministères au niveau central.Selon M. Gueche cette cartographie comportera des informations sur l’ensemble des unités de production, les grossistes et les commerçants de détail chargés de l’approvisionnement continu et permanent en produits alimentaires stratégiques durant le mois de Ramadhan à l’instar des blés tendre et dur, la poudre de lait et les fruits.

Les deux secteurs ont prévu des stocks stratégiques pour les produits de base au nombre de quinze (15).

Par ailleurs, une plateforme numérique accessible au niveau central pour les cadres des deux secteurs, a été mise en place et comportera la cartographie numérique qui permettra de s’enquérir de toutes les informations en temps réel et de communiquer avec tous les secteurs concernés.

La plateforme numérique renferme les noms et les adresses des sociétés de distribution et les capacités de production ainsi que le volume des stocks en produits de large consommation et en produits prêts à la consommation.

SourceAPS
PARTAGER