Coronavirus Sars-CoV-2 et masques

Modèle d'un coronavirus bêta, le virus lié à Covid-19. Photographie : NEXU Science Communication/Reuters.Communication/Reuters.

Par Peter Schmid, MD, PhD, FACS

Introduction

Les coronavirus affectent l’homme depuis longtemps. Plusieurs souches sont connues pour déclencher des rhumes banaux et, plus récemment, deux souches ont déclenché des épidémies de maladies mortelles : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

Mais leur impact sur la population a été léger par rapport au problème mondial créé par le coronavirus à l’origine de la pandémie de Covid-19.
En quelques mois seulement, elle a déclenché énormément de blocages dans des dizaines de pays, et la maladie continue de se propager.
C’est un exploit extraordinaire pour une boule á l’allure « hérissée « portant en elle un matériel génétique enrobée de produits chimiques gras appelés lipides, et qui mesure 80 milliardièmes de mètre = 80 nanomètres de diamètre.

D’autre part, nos connaissances actuelles sur le Sars-CoV-2, le virus du Covid-19, sont également remarquables. Il s’agissait , au départ, d’un organisme inconnu de la science il y a cinq mois. Aujourd’hui, il fait l’objet d’études d’une ampleur sans précédent. Les projets de vaccins prolifèrent, des essais de médicaments antiviraux ont été lancés et de nouveaux tests de diagnostic apparaissent.

Comment le virus se propage-t-il et comment nous affecte-t-il ?

Les particules porteuses du virus sont inhalées par d’autres personnes et entrent en contact avec les cellules qui tapissent la gorge et le larynx. Ces cellules ont un grand nombre de récepteurs – appelés recepteurs Ace-2 – à leur surface. (Les récepteurs cellulaires jouent un rôle clé dans le passage des substances chimiques dans les cellules et dans le déclenchement de signaux entre les cellules).

Le Sars-CoV-2 possède une protéine de surface qui est amorcée pour se fixer sur ce récepteur et glisser son ARN dans la cellule.
Une fois à l’intérieur, cet ARN s’insère dans le mécanisme de réplication de la cellule et fait de multiples copies du virus. Celles-ci sortent de la cellule et l’infection se propage.
Les anticorps générés par le système immunitaire de l’organisme finissent par cibler le virus et, dans la plupart des cas, arrêtent sa progression.

Une infection par le Sars-CoV-2 est généralement bénigne, et c’est vraiment le secret du succès du virus : Beaucoup de gens ne remarquent même pas qu’ils sont infectés et vont donc au travail, à la maison et au supermarché pour infecter les autres.
En revanche, le Sars – qui est également causé par un coronavirus – rend les patients beaucoup plus malades et tue environ une personne infectée sur dix. Dans la plupart des cas, ces patients sont hospitalisés et cela les empêche d’infecter d’autres personnes – en stoppant la chaîne de transmission. Le CoV-2, moins agressif,évite cela.
Cependant, le virus Sars-CoV-2 peut parfois causer de graves problèmes. Il se propage dans les voies respiratoires et infecte les poumons, qui sont encore plus riches en cellules dotées de récepteurs Ace-2. Beaucoup de ces cellules sont détruites, et les poumons sont alors congestionnés par des fragments de cellules brisées. Dans ces cas, les patients devront être traités aux soins intensifs.
Pire encore, dans certains cas, le système immunitaire d’une personne se met en surcharge, attirant des cellules vers les poumons afin d’attaquer le virus, ce qui entraîne une importante inflammation. Ce processus peut devenir incontrôlable, une flambée de cellules immunitaires se déversent dans les poumons et l’inflammation s’aggrave. C’est ce que l’on appelle une tempête de cytokines. (En grec, « cyto » signifie cellule et « kino » signifie mouvement.) Dans certains cas, cela peut entraîner la mort du patient.

A l’heure actuelle , on ne sait pas exactement pourquoi des tempêtes de cytokines se produisent chez certains patients mais pas chez la grande majorité. Il est possible que certaines personnes possèdent des versions des récepteurs Ace-2 qui sont légèrement plus vulnérables aux attaques du coronavirus Sars-CoV-2 que celles de la plupart des gens.

Les patients qui se remettent d’une infection à Covid-19 ont des niveaux assez élevés d’anticorps neutralisants dans leur sang. Ces anticorps sont fabriqués par le système immunitaire et ils enrobent un virus envahissant à des endroits spécifiques, bloquant sa capacité à pénétrer dans les cellules.
Cependant, il est peu probable que cette protection soit à vie ; elle peut durer un an ou deux. Ce qui est souvent le cas des autres coronavirus connus qui infectent l’homme. Cela signifie que même si la plupart des gens finissent par être exposés au virus, il est probable qu’il devienne endémique – ce qui signifie que nous assisterions à des pics saisonniers d’infection de cette maladie. Le virus nous accompagnera pendant un certain temps. Le développement et la mise en marchė d’un vaccin efficace nous permettra de nous libérer de la menace du Sars-CoV-2, mais cela prendra un à deux ans.

https://www.theguardian.com/world/2020/apr/24/coronavirus-what-have-scientists- a appris l’existence du COV-19 à un certain moment.

Le problème des masques

Les masques faits maison ne devraient être considérés qu’en dernier recours pour empêcher la transmission de gouttelettes par les personnes infectées, mais ce serait mieux que de ne pas avoir de protection du tout.

https://www.researchgate.net/publication/258525804_Testing_the_Effi- cacy_of_Homemade_Masks_Would_Would_Protect_in_an_Influenza_Pandemic.

Les filtres MicroPorR sont les plus efficaces pour éliminer les petites particules dont la taille est comprise entre 30 et 500 nanomètres ; le Sars-CoV-2 en a 80. Au total, 20 matériaux ont été testés.

(https://www.mpic.de/4646696/filtermasken_zusammenfassung_08_04_2020_v3_fi- nal.pdf).

Respirateurs disponibles (= masques spéciaux, masque filtrant les particules) filtrant les particules de 300 nanomètres et plus https://fastlifehacks.com/n95-vs-ffp/ :
Respirateur Standard FFP1 & P1
FFP2 & P2
N95
KN95
N99 & FFP3 P3
N100
Capacité de filtrage 1), 2) Au moins 80
Au moins 94%.
Au moins 95%.
Au moins 95%.
Au moins 99%.
Au moins 99,95 % Au moins 99,97

Source : Norme Europe

Europe
États-Unis
Chine
USA, Europe Europe
États-Unis
Deux caractéristiques:
1) = élimine X% de toutes les particules de 300 nanomètres ou plus
2) = Taille du virus Sars-CoV-2 : 80 nanomètres
Le Sars-CoV-2 a 80 nanomètres : Aucune norme n’est disponible pour filtrer les particules de 80 nanomètres !
Cependant, les appareils respiratoires N95 peuvent filtrer les particules de plus de 10 nanomètres.
https://www.researchgate.net/publication/258525804_Testing_the_Effi- cacy_of_Homemade_Masks_Would_They_Protect_in_an_Influenza_Pandemic.

Les filtres MicroPorR sont les plus efficaces pour éliminer les petites particules de 30 à 500 nanomètres ; le Sars-CoV-2 a une taille de 80 nanomètres. Au total, 20 matériaux ont été testés.
(https://www.mpic.de/4646696/filtermasken_zusammenfassung_08_04_2020_v3_fi- nal.pdf).

Respirateurs disponibles (= masques spéciaux, masque filtrant les particules) filtrant les particules de 300 nanomètres et plus https://fastlifehacks.com/n95-vs-ffp/ :
Respirateur Standard FFP1 & P1
FFP2 & P2
N95
KN95
N99 & FFP3 P3
N100

Les masques N95 et FFP étaient (et sont toujours) en pénurie et en forte demande pendant la pandémie de coronavirus de 2019-20. La production de masques N95 a été limitée en raison des contraintes sur l’approvisionnement en tissu non tissé de polypropylène (qui est utilisé comme filtre primaire), ainsi que de l’arrêt des exportations de Chine.
La Chine contrôle 50 % de la production mondiale de masques et, confrontée à sa propre épidémie de coronavirus, elle a consacré toute sa production à un usage domestique, n’autorisant les exportations que dans le cadre de l’aide humanitaire allouée par le gouvernement.
https://en.wikipedia.org/wiki/Face_masks_during_the_2019%E2%80%9320_corona- virus_pandemic.
Nous ne pouvons pas fournir à tous les humains des masques respiratoires capables d’éliminer les particules de plus de 30 nanomètres ; nous devons réserver ces masques respiratoires spéciaux à ceux qui soignent les patients atteints de Sars-CoV-2.
La grande erreur aux États-Unis et en Europe est que les gens ne portent pas de masques. Ce virus est transmis par des gouttelettes et par contact étroit. Les gouttelettes jouent un rôle très important. Lorsque nous parlons, il y a toujours des gouttelettes qui sortent de notre bouche. De nombreuses personnes souffrent d’infections asymptomatiques ou pré symptomatiques. Si elles portent un masque facial, cela peut empêcher les gouttelettes porteuses du virus de s’échapper et d’infecter d’autres personnes.
https://en.wikipedia.org/wiki/Face_masks_during_the_2019%E2%80%9320_corona- virus_pandemic.

La fabrication maison de masques

Nous pouvons fabriquer nous-mêmes les masques nécessaires pour se prémunir d’éventuelle transmission des gouttelettes. Je porte un masque que j’ai moi-même fabriqué en dehors de chez moi. Si je dois m’occuper de patients potentiellement ou manifestement infectés par le virus Corona, je porte si possible mon propre masque avec un filtre d’aspirateur, si possible un filtre MicroPorR : L’institut Max-Planck de Mayence, en Allemagne, a publié ses tests le 10 avril 2020 :
https://www.mpic.de/4646637/fighting-the-coronavirus-with-fabric-and-paper-towels :
Matériel testé :
1. Sac d’aspirateur MicroPorR une couche
2. Sac d’aspirateur non-MicroPorR une couche
3. Coton + filtre de secours pour aspirateur = filtre de secours pour aspirateur entre deux couches de coton.
4. Masque de salle d’opération pour comparaison
5. Masque 1 avec deux couches de coton fin
6. Masque 2 avec une couche de T-shirt et une couche de drap de lit
7. Masque 3 deux couches de coton épais
8. Masque 4 deux couches de coton épais dessin alternatif avec deux demi-masques suturés ensemble verticalement.
9. Masque 5 trois couches de coton fin
10. OP – masque fait soi-même comme à l’époque avec deux couches de coton fin + quatre couches de gaze.
11. Maillot de T-shirt ordinaire deux couches
12. Tissu non tissé pour le repassage entre deux couches de coton fin
13. Tissu molleton une couche
14. Tissu molleton deux couches
15. Tissu en microfibres avec perforation fine d’une couche
16. Tissu éponge en microfibre une couche
17. Rouleau de cuisine à deux couches avec un mouchoir en papier (une couche) entre les deux.
18. Torchon deux épaisseurs
19. Mousseline à deux couches
20. filtres à café


Illustrations des 20 masques testés: le numéro 1, en haut á gauche, correspond au premier masque testé et ainsi de suite de haut en bas jusqu’au numéro 20 en bas á droite .