Mourad Ghozali: Mettre l’ONEM d’Oran sur le diapason des préoccupations citoyennes

Impliquer davantage l'ONEC, dans les solutions des préoccupations citoyennes
La tenue de la présidentielle du 12 décembre 2019, a signé le passage de l’Algérie à une nouvelle ère, exprimée par l’heureux élu de cette joute, l’ère d’une nouvelle république qui marque la rupture avec les pratiques des dernières décennies.
La tenue de la présidentielle du 12 décembre, fera émerger sur la scène du mouvement associatif,des noms et des compétences, « écrasés », jusqu’à ce jour par l’incompétence, le clientélisme et le tutorat des réseaux maffieux.
Parmi, ces noms, l’universitaire et dévouée personne, bien connue sur la place d’Oran, Mourad Ghozali,  qui vient de bénéficier de la totale confiance de la direction nationale de l’Organisation Nationale des Enfants des Moudjahidines ONEM, pour diriger l’organisation au niveau de la wilaya d’Oran. Contacté par Algérie54, Mourad Ghozali, nous révèlera, que suite à l’insistance de la base, et suite à la confiance du premier responsable de l’ONEM, Khalfa Mebarek, jumelée à ce vent du vent du changement et de l’espoir qui souffle sur le pays depuis le Hirak béni du 22 février 2019, qu’il avait accepté cette mission, pour tenter en compagnie des forces vives du pays, de faire partie du plan de redressement du pays.Dans ce cadre, il estimera que sa première mission consistait à réunifier les rangs des enfants des moudjahidines, longtemps otages des tiraillements et divisions liés à des intérêts restreints.
« Convaincus, que l’ONEM fait partie de la famille révolutionnaire appelée à jouer un rôle important en matière d’écriture de l’histoire et de mémoire, nous attelons depuis notre installation à se rapprocher du milieu universitaire » dira Mourad Ghozali.
Sur ce registre, le secrétaire de l’ONEM d’Oran, rend hommage à cette jeunesse algérienne qui refuse le diktat du désespoir et la résignation, d’où la nécessité d’ouvrir la voie aux jeunes compétences et de barrer la route aux opportunistes qui ont gangréné la vie politique de notre pays.
 Aujourd’hui, il est impératif de mettre en place des mécanismes et programmes efficients des compétences Algériennes, toutes spécialités confondus,c’est à dire ouvrir le champ politique aux jeunes et femmes, souligne-t-il.
Ainsi, l’ONEM s’inscrit, dans  la mise en oeuvre des stratégies et de la feuille de route de la renaissance de l’Algérie, comme c’est le cas aujourd’hui dans l’enrichissement de la mouture de la révision constitutionnelle, et la réception de notre SG, Khalfa Mebarek par le président de la république Abdelmadjid Tebboune, en est une parfaite illustration de l’intérêt que porte les hautes autorités du pays au rôle des authentiques fils des moudjahidines, inscrits dans la loyale voie de l’émergence de l’Algérie, ajoute Mourad Ghozali .
Pour ce dernier, le mouvement associatif vient de démontrer encore une fois son ancrage populaire, à l »occasion de son implication dans l’élan de solidarité et de sensibilisation pour affronter la crise sanitaire du Coronavirus. Notre interlocuteur estimera, qu’en un temps record, il avait réussi à adhérer à son action de nombreux fils de moudjahidine, hommes et femmes,marginalisés jusqu’à ce jour. Le retour des authentiques fils de l’organisation est le mot-clè de la réussite de sa mission, notamment sur le plan local, où il déplore l’OPA des médiocres sur la vie publique de la deuxième grande wilaya du pays, dont les effets néfastes ne sont plus à démontrer, et promet d’être le digne porte-parole des jeunes et femmes de cette frange sociale, pour ne pas trahir la cause de leurs parents moudjahidine et glorieux martyrs qui se sont sacrifiés pour hisser l’Algérie au rag qui lui sied.
 » Nous attelons à adhérer à notre démarche les différents représentants de la société civile, dans le cadre de la démocratie participative de la nouvelle république,tant espérée  » note-t-il. Cela n’a pas laissé indifférent, les acteurs des eaux troubles qui s’activent depuis un moment à rendre la vie dure à la bonne marche de l’organisation, et à la détermination de la base à s’impliquer largement dans cette dynamique. En conclusion, Mourad Ghozali, tient à rappeler,aux acteurs des eaux troubles, qu’il poursuivra sa mission, malgré les basses manoeuvres des intimidations, de l’ancienne ère d’El Isaba.
PARTAGER