Le président Tebboune: Je n’ai jamais été favorable au 5ème mandat

Le président Tebboune se livre à France24

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a abordé plusieurs questions lors d’un entretien accordé ce samedi à la chaîne de télévision française France24.
Le président Tebboune évoquera à cette occasion la crise sanitaire liée à la Covid-19, les frontières, la situation économique du pays, le Hirak, la presse, la révision de la constitution, les relations algéro-françaises et le conflit en  Libye.

 » Je n’ai pas été favorable au 5ème mandat »

Interrogé au sujet du 5ème mandat, le président Tebboune estimera que l’idée de reconduction de son prédécesseur, a germé en 2018, année durant laquelle, il était déjà limogé et loin des affaires politiques

« Je n’ai jamais été pour la cinquième mandat, je trouvais que c’était aberrant , je n’avais plus l’usage de la parole » dira-t-il.

S’agissant de la non convocation  de l’ancien président par la justice, dans le cadre des affaires de corruption, alors que ces deux anciens premier ministres ont soutenu qu’il était le donneur d’ordres, le président Tebboune rappelle que « la justice est libre ».

S’agissant de la révision de la Constitution, le président Tebboune, a estimé que le processus du débat est arrivé à son terme, avec pas moins de 2.000 propositions  d’amendements du projet initial.

La commission d’experts  qui, précisera t-il, sera élargie, est entrain de rédiger le projet final qui sera soumis à référendum, lequel devrait se tenir  » à la rentrée sociale, c’est à dire en septembre ou en octobre ». Sur ce plan, il indique qu’il préfère « un régime semi présidentiel avec beaucoup de prérogatives au parlement qui aura la possibilité  de mettre en place autant de commissions qu’il vaut sur différentes questions .