Nouvelle Algérie: Les manoeuvres consommées du FLN

Nouvelle Algérie: Les manoeuvres révolues du FLN

Au moment où le président Tebboune insistait sur la nécessité de soutenir la jeunesse à concrétiser ses projets de la nouvelle ère technologique à l’occasion de l’inauguration de la Conférence nationale des startups, « Algeria Disrupt 2020 » qui se tient au Centre international des conférences (CIC), le parti du  front de Libération Nationale organisait une rencontre régionale du parti à Oran, mais avec des anciennes pratiques bannies par le Hirak béni du 22 février.

Sur ce registre, le président Tebboune lui-même ne cautionnait pas de voir son portrait placardé, à l’instar de son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika dont le « cadre » a largement nui à son image et son règne, devenu symbole d’El Issaba et d’une oligarchie de prédateurs. Le président Tebboune a à maintes reprises rappelé qu’il n’est le représentant d’aucun parti politique et qu’il s’est présenté candidat indépendant à la magistrature suprême à l’occasion du scrutin du 12 décembre 2019. Aujourd’hui, les organisateurs de la rencontre régionale du FLN d’Oran se sont donnés le droit de poster le portrait du président Tebboune, une manière d’induire l’opinion publique algérienne en erreur, sachant que l’ancienne direction du FLN avait soutenu le candidat du RND, Azzedine Mihoubi, lors de la dernière présidentielle du 12 décembre 2019, suscitant l’ire d’une grande partie des militants de l’ancien parti unique.

Dans le même sillage, il faut noter que le président Tebboune accorde un grand intérêt à l’émergence d’une société civile, porteuse d’idées et d’actions loin du diktat des partis politiques et de l’administration. Les tentatives de certains partis politiques, dont l’ancrage populaire est faible, de mettre la main sur le représentativité de la société civile, ont accusé un coup dur, comme l’atteste les manœuvres de constituer une représentativité parallèle pour saborder le projet sociétal du président initié dans la Nouvelle Algérie.
Dans le même cadre, Mohamed Charfi président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) ,intervenant sur les ondes de la radio nationale

Avait rappelé que la sensibilisation des citoyens, dans le cadre de la campagne électorale pour le référendum du 1er novembre,  qui débutera le 07 octobre, est du seul ressort de son instance.

Mohamed Charfi faisait allusion  à certains partis politiques, soucieux de gagner les bonnes grâces de pouvoir, et qui se proposent de faire un travail de sensibilisation et de pédagogie pour convaincre les citoyens à voter en masse.

 

PARTAGER