Le délégué du médiateur de la république d’Oran, toujours sans siège

Le délégué du médiateur de la république d'Oran, toujours sans siège

Qui bloque l’attribution d’un siège pour le délégué du médiateur de la république de la wilaya d’Oran ? Telle est la question que posent les oranais en difficulté d’écoute à leurs problèmes qui s’accumulent au fil des jours.
Installé le 26 août dernier, le délégué du médiateur de la république de la wilaya d’Oran, Choaib Baghli est sans siège , selon des informations en notre possession ( voir l’article d’Algérie54.com du 11 septembre 2020, https://algerie54.dz/2020/09/11/mediateur-de-la-republique-3/. Sur ce registre, il faut noter que les 48 walis du pays avaient été instruits, lors de la première réunion Gouvernement-walis des 16 et 17 février 2020, présidée par le président Tebboune, d’attribuer des locaux pour abriter cette nouvelle institution de la république, créée dans le cadre de la Nouvelle Algérie pour rapprocher le gouvernant du gouverné. Près de trois mois après la parution des noms des 48 délégués de wilayas du médiateur de la république au Journal Officiel, la wilaya d’Oran continue de faire exception, et son délégué continue d’errer au grand dam des citoyens qui sollicitent son intervention. Est-ce la Issaba locale qui résiste au changement, ou bien est-ce les anciennes pratiques d’incompétents qui risquent d’être mis à nu ?

Il est certain, que la Issaba locale tente bien que mal de saborder le projet du président Tebboune, en perpétuant la démocratisation du désespoir au sein de la population oranaise qui aspire à voir sa cité devenir une cité d’affaires. Ce n’est pas les investisseurs pénalisés par la bureaucratie de l’administration et de l’excès du souverainisme de certains responsables, qui vont nous contredire, et les exemples n’en manquent pas