Mohamed Fréha, focus sur un combattant de la mémoire

Mohamed Fréha, focus sur un combattant de la mémoire

A l’occasion de la commémoration du 66ème anniversaire du déclenchement de la glorieuse révolution du premier novembre 1954, Algérie54 est allée rencontrer l’un des combattants de la mémoire à Oran, Mohamed Fréha, connu pour être nationaliste de première heure et mordu de la documentation des archives de la révolution .

Auteur des ouvrages « Oran,une rue pour mourir » et «  J’ai fait un choix » en plus de plusieurs recueils collectifs ayant évoqué des personnalités nationales « oubliées »dont le parcours et le combat étaient peu médiatisées

 

Mais le nom de Mohamed Fréha demeure lié à cet édifice qui s’appelle « espace d’histoire et de mémoire de la ville d’Oran », qui au fil des années, devient un plaque incontournable en matière de collecte d’informations concernant nos glorieux martyrs et nos valeureux moudjahidine.

Contacté par nos soins, Mohamed Fréha estime qu’à l’heure où l’Algérie fait face à de nombreux défis, et de menaces pour sa pérennisation, il est impératif de réconcilier les algériens avec leur histoire loin de la surenchère politicienne.
«  Le citoyen algérien a le droit inaliénable de prendre connaissance avec son histoire, sachant que notre peuple demeure passionné des petits détails des épopées de ses ancêtres, résistants à l’hégémonie coloniale, et des révoltes menées depuis 1830, avec ses avantages et inconvénients ».
dit-t-il, ajoutant, que seul le peuple est juge des péripéties de chacun, et le mérite reviendra aux historiens, ayant des arguments à faire valoir et des documentations authentiques à présenter.

Concernant, »l’espace d’histoire et de mémoire de la ville d’Oran », Mohamed Fréha dont les moyens demeure modestes, réitère sa disponibilité à travailler avec les universitaires et chercheurs à promouvoir les recherches en matière de mémoire, au profit des générations futures et salue au passage les bonnes volontés qui restent sur la place d’Oran, et qui se sont dévouées, pour la l’écriture de l’histoire du pays contre vent et marées.