Dégradation de l’état de santé du souverain marocain : Panique au Royaume

Le Maroc, de mal en pis

Les services de renseignement marocains le Makhzen, panique dans le sillage de la tendance haussière des contaminations au Covid-19, la crise socioéconomique que connaît le royaume, la tension à la frontière avec les territoires sahraouis libérés, et la montée de la colère d’une grande partie du peuple marocain, opposé à toute normalisation avec l’entité sioniste. Tous ces indicateurs s’ajoute à la problématique de la succession du monarque marocain dont l’état de santé est de plus en plus préoccupant. Sur ce registre la dernière apparition du roi Mohamed VI, avait soulevé moult interrogations sur sa capacité à diriger le pays.
Les marocains et les chancelleries étrangères ont pu remarquer à l’occasion de son discours, la gravité de la détérioration de son état de santé, et de la faiblesse de sa voix, montrant un souverain affaibli et malade.
Ces images, interviennent après celles diffusées de sa chambre d’hôpital parisien, et les informations sur la découverte d’un cas de contamination au Covid-19, à l’intérieur du palais royal, dans l’équipe de photographie, à l’origine d’un report du discours du monarque marocain

Guerre de succession

A fond sur l’intronisation de son fils Moulay Hassan III, bien protégé par l’architecte de la survie de la monarchie, André Azoulay, le roi Mohamed VI, est en course contre la montre pour promulguer le jugement en vue de permettre à son prince-héritier, âgé de moins de 18 ans, de lui succéder, au détriment de son frère Moulay Rachid.

Ainsi, au cours d’un conseil ministériel, la loi régissant le conseil de tutelle a été promulguée sans publier son contenu sur le site du Secrétariat général du gouvernement marocain

Dans l’ordre de succession, l’article 21 de la Constitution marocaine de 1996 dispose qu’« un Conseil de régence exerce les pouvoirs et les droits constitutionnels de la Couronne » au cas où le prince héritier n’a pas encore atteint l’âge de 16 ans. Cependant, cette dernière a été révisée et approuvée par référendum populaire le 1er juillet 2011. L’article 44 de la nouvelle constitution dispose que « le Roi est mineur jusqu’à l’âge de 18 ans accomplis ». Il reste plusieurs mois pour que l’héritier du trône Hassan III atteigne sa majorité et prétendre à la succession légale de son père.

Pour rappel, le 14 juin dernier, Mohammed VI avait été opéré du cœur et s’était eréapparu lors de son discours officiel à l’occasion de la Fête du Trône, très affaibli et n’arrivait même pas à lire le texte qu’il avait devant les yeux.