La baptisation d’une école au nom d’Ahmed Wahby changée : La mémoire encore « souillée » à Ain El Turck

La baptisation d'une école au nom d'Ahmed Wahby changée : La mémoire encore "souillée" à Ain El Turck

Au moment où l’Algérie commémore le mois de la glorieuse révolution du premier novembre, certains responsables malintentionnés se donnent le droit de  » souiller » la mémoire de nos valeureux moudjahidine et personnalités nationales.

Avant le premier novembre 2020

 

Après le premier novembre 2020
Après le premier novembre 2020

C’est ce qui s’est passé au début du mois de novembre dans la daira d’Ain El Turck, relevant de la wilaya d’Oran,à l’occasion de la commémoration du déclenchement de la glorieuse révolution du premier novembre 1954, coincidant avec la tenue du référendum sur la révision de la Constitution, où on s’est permis d’enlever la baptisation d’une école primaire, dans la daira d’Ain El Turck, portant  le nom de la figure nationale de la révolution et grand artiste, le regretté Ahmed Wahby, au profit du nom d’une Moudjahida, dénommée Zitouni Mestoura ,pour des raisons que seul l’auteur de cette « mascarade » en peut révéler et expliquer. La baptisation portant le nom de la moudjahida Zitouni Mestoura aurait pu être effective dans un autre établissement scolaire, dont la réception est prévue prochainement, sans susciter l’indignation et les réactions des citoyens qui continuent de porter le regretté Ahmed Wahby dans leurs coeurs.
Les autorités locales de la wilaya et la famille révolutionnaire au même titre que le Ministère des Moudjahidine, sont interpellés encore une fois sur des dépassements qui visent la mémoire nationale et collective du peuple. Il convient de rappeler, que la daira d’Ain El Turck a eu déjà un cas similaire, il y a quelques années avec le remplacement de la baptisation du CEM Ex; « El Chatt » portant le nom du révolutionnaire Benzerga, membre du réseau de l’attaque de la poste d’Oran, en compagnie des regrettés moudjahidine et personnalités nationales Ahmed Benbella, Ait Ahmed et Ahmed Bouchaib, par un autre nom de moudjahed, ce qui laisse à penser que l’opération de baptisation des établissements publics, est sujette aux humeurs de certains responsables

PARTAGER