« Sans Tabbou », le dénommé Karim, se proclame « briziden  : Président »

« Sans Tabbou », le dénommé Karim, se proclame « briziden  : Président »

Par Boualem Snaoui

Parmi les reptiles de la politique en Algérie, indigènes assumés, qui ont saisi la perche tendue par l’interview opportuniste donnée par notre commandeur Macron au « canard  du royaume enchanté » -Jeuneafrique-  qui ne rate jamais une occasion de lapider l’Algérie et  son peuple, y en a un qui, Sans Tabbou », le dénommé Karim, a attiré l’attention, vu l’ampleur de la diffusion de sa prose dans la presse sous contrôle. 

Cet autoproclamé « Leader du Hirak » des bananes, désigné par les cercles de lapidation du peuple algérien et de la fumeuse théorie de « la régression féconde »,  s’est pointé avec un texte préparé par le cercle des politiques tenants du « coup de Jarnac ». On avait déjà eu une expérience avec Drareni, cet intervieweur du candidat Macron à l’élection présidentielle de 2017. L’histoire préfabriquée est un perpétuel recommencement.

Depuis quand cet animateur de rue écrit-il des lettres ? Depuis quand écrit-il tout court ? Cela me rappelle le film « l’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ». Le cheval, on le connait, il va falloir maintenant trouver l’homme.

Pour les non-initiés, « le coup de Jarnac » est l’expression faisant référence au Baron de Jarnac, qui, lors d’un duel le 10 juillet 1547, porta un coup très habile et déloyal à  François de Vivonne, sieur de la Châtaigneraie. On ne sait toujours pas si « le coup de Jarnac » porté est le fruit d’un mouvement bien ajusté, s’il s’agit  d’une botte mystérieuse ou d’une feinte après simulation d’une chute.

« Sans Tabbou » a réussi, comme sa défenderesse « la Zoubida de La Gaff », de son vrai nom Assoul, à m’interrompre dans ma rédaction sur les foreurs ethniques et tribaux du « Coran des berbéristes ». A croire que c’est génétique chez ces révolutionnaires aux couleurs culinaires de la banane.

A travers la lettre que ce « roi de la banane» vient de divulguer au peuple d’en bas, qui n’a rien vu venir, il annonce s’être autoproclamé «Berziden-Président » de l’Algérie. Il l’affirme d’entrée de jeu politique malsain  et l’écrit même, en donnant le ton et la voix : « Excusez-moi de rompre les usages diplomatiques en m’adressant directement…. ». Rien que ça,  rompre les usages diplomatiques ? Le citoyen d’en bas, lui,  écrit aux Présidents, en espérant qu’un jour il aura une réponse ! Ce « gros reptile démocratique », général de l’armée dite de la société civile, rompt ces usages diplomatiques.  Vous n’avez pas encore compris que cet importateur de la démocratie, autoproclamé « leader du Hirak » des bananistes, vient de s’autoproclamer « Briziden » ? Cet expert, qui sans doute a échappé à Darwin lorsque ce dernier mettait au point la théorie de l’évolution, sans qu’il soit désigné par quiconque, parle au nom du peuple algérien. Elle est belle, la reptation darwinienne de la 5ème colonne !

Poussez-vous, c’est moi que voilà, nous dit-il : « Sans Tabbou ». 

Inscrit aux abonnés absents, lorsque l’Algérie et son peuple se font lapider tout azimut par les résidents des jardins des puissants, il se pointe comme une fleur, en s’auto- désignant : « Commandeur » du peuple, avec en prime le bras d’honneur aux Algériens de Gérard Longuet. Chacun a son Algérie et son peuple algérien. N’est-ce pas le même procédé qu’a utilisé  cet autre reptile, le maître-chanteur Ferhat M’Henni,   qui a aussi échappé à Darwin et à Lamarck, et qu’on n’arrive plus à insérer dans la théorie de l’évolution.

Celui dont la manipulation est le pain quotidien ose parler d’une Algérie liberticide, alors que la presse néoconservatrice algérienne fait un écho incommensurable à ses diarrhées politiques H24. Les dénonciations qu’il étale faussement dépassent de loin, et même de très loin,  les traitements infligés aux dizaines de milliers de Gilets Jaunes, mutilés, éborgnés, condamnés en justice, à  ces lycéens agenouillés à Mantes-La-Jolie, à ces syndicalistes  et ces pompiers réprimés, ou encore ces enfants mis en garde à vue. La liste est longue, même très longue, et  le but du  concours de la violence politique,  que « Sans Tabbou » convoque, n’est autre que son installation  en première « sentinelle  des puissants  coloniaux ». Dépourvu de programme, sans rire, ce charlatan de la politique se place en « espoir » et s’autoproclame « opposant politique ». Il veut enterrer le peuple algérien vivant, ce promoteur de la « démocrature ».

Courageux, notre « bananiste » n’a pas osé rappeler au président Macron, alors candidat à l’élection présidentielle en 2017, ses « engagements » sur les crimes coloniaux commis en Algérie. En est-il le poulain ?  Un peu comme K. Drareni, l’interviewer de l’époque ? A croire que son intronisation par les cercles coloniaux est proche, et que par avance il pourra même inscrire démocratiquement, dans la Constitution algérienne, la même loi sur la sécurité globale adoptée à l’Assemblée nationale le 24 novembre 2020, pourtant tant dénoncée par le peuple de France.

Cette coqueluche des ONG « multinationales des Droits de l’Homme, compagnon  des « promoteurs du port du kamis », à qui les plateaux télé (surtout low-cost) en France  sont ouverts, a même inventé le charlatanisme politique. N’est-ce pas que durant ses déambulations populistes, ce dernier de la classe politique expliquait, à qui veut l’entendre, que la démocratie, c’est la consultation des membres du foyer  sur « les  courses familiales » ; comme d’ailleurs au sein des universités,  la désignation des recteurs d’Université. Tout cela afin de dissoudre le caractère sacré de l’Education Nationale ?

 

« Sans Tabbou », Karim, cette luciole de la politique avancée, sans programme, sans idéologie exposée (ce sera la surprise), prétend vouloir éclairer d’office l’autoroute pour tout un peuple qui avance. Il nous prend pour des aveugles.  Ce « pantin » du théâtre politique de rue, agité par les forces obscures de l’abattage de l’Algérie et de son peuple, vient donc faire un « croche-pied » à la nation. Qui connait le programme et l’idéologie véhiculés par son microscopique parti et ses engagements ? Nous découvrirons certainement tout cet ensemble dans « sa pochette surprise ».   C’est ce que j’appelle la politique des reptiles.

Pour se refaire une santé publique, notamment depuis que le peuple avait découvert ses liens avec la nébuleuse « islamiste qui veut islamiser des Musulmans», sans honte, sans retenue,  il est même allé jusqu’à agir en « charognard de la politique »,  en organisant des scènes de propagande sur les dépouilles encore chaudes de militants. Ce mode opératoire, où même « les morts » sont instrumentalisés, relève de la plus ignoble des politiques.

En attendant le prochain coup de « charognard », ce reptile de la politique ne nous a toujours pas éclairés sur ses contacts téléphoniques avec des sujets israéliens trouvés sur cet opposant au cachir (saucisson algérien) avec sa banane, fait rapporté par le journal « algérieconfidentiel » en date du 22/04/2019,  et que j’ai précédemment évoqué. Son « Hirak-bananiste » non avoué serait-il, comme au Soudan, celui de la normalisation des relations avec le régime de Tel Aviv ?

Tiens, le parlement de l’UE, vient de récidiver en ce jeudi 26 novembre 2020 : des députés européens, de Droite, de Gauche, des « Verts », de l’extrême droite, qui ne s’accordent sur aucune des politiques engagées par le parlement et les états de l’UE, se sont spontanément rassemblés comme un seul « homme », pour la seconde fois, par hasard, sans hésitations, sans réticences, pour voter une résolution contre l’Algérie et son peuple. Les « bananistes » applaudissent.

A ceux qui croyaient que la « distribution des bananes » était une farce de la politique coloniale, ils viennent peut être de s’apercevoir que « dans le jardin des puissants », ils prennent les Algériens pour des primates.

En espérant avoir contribué à éclairer ce qu’on appelle « le coup de Jarnac »,  « Sans Tabbou », du dénommé Karim de son vrai nom : « Azrem » (serpent, Hnèche).

 

PS : Je ne sais pas pourquoi cela me rappelle la chanson de Slimane Azem : Thakessit Boumkarkour

https://www.youtube.com/watch?v=esUFaCg9PAY&list=RDesUFaCg9PAY&index=1