Accusé de diffamation: Mohsen Abdelmoumen gagne sa première bataille judiciaire contre Rachad

Accusé de diffamation: Mohsen Abdelmoumen gagne sa première bataille judiciaire avec Rachad

La plainte pour diffamation et calomnie  déposée par l’organisation Rachad Benelux, liée à Rachad internationale,  à l’encontre de notre confrère, journaliste, Mohsen Abdelmoumen va s’achever en déroute, un véritable Waterloo au pays des belges !

En effet, le mercredi 2 décembre Mohsen Abdelmoumen était convoqué devant les services de police de la ville belge de Liège , accompagné et assisté de son avocat et militant des droits de l’homme, Maître Djamal Yalaoui du barreau de Paris, éminent spécialiste des organisations islamistes et radicales algériennes en Europe.

Lors de cette audience où Mohsen Abdelmoumen a été interrogé, Rachad Benelux a brillé par son absence. Après les explications de Maître Yalaoui, les services de police belge ont relevé les points suivants:

  • Rachad Benelux n’est pas concernée par la diffamation et la calomnie, elle ne concerne que la « cellule Rachad Internationale » inféodée à la nébuleuse du terrorisme international, donc la plainte est sans fondement puisque que Rachad Benelux n’a aucun intérêt à agir, ce n’est pas elle que Mohsen Abdelmoumen a qualifié de « terroriste » ;
  • Même dans l’hypothèse improbable d’un intérêt à agir pour Rachad Benelux, le délit de diffamation et de calomnie n’est pas caractérisé. Mohsen Abdelmoumen n’a utilisé le qualificatif de « terroriste » que parce que les responsables de Rachad ont eux-mêmes légitimés les assassinats d’opposants algériens ! Leur guide spirituel et théoricien  Hakim EL Matiri a même déclaré que la décapitation du professeur d’histoire-géographie en France Samy Paty était légitime. Nous sommes en présence d’un principe juridique qui est « l’exception de vérité » : il ne peut y avoir de diffamation ni de calomnie lorsque l’on se fonde sur les déclarations de son adversaire. En l’espèce il n’y a pas de délit.
  • Comme dans les arts martiaux, Mohsen Abdelmoumen et son avocat Maître Yalaoui semble pratiquer l’art de « l’aikido » à savoir retourner ou renvoyer l’agression à la face de l’agresseur !
  • A l’issue de l’audience du 2 décembre 2020, Maître Djamal Yalaoui a informé les services de police : « quand le juge rendra le jugement de classement sans suite car il ne peut avoir que la même lecture de ce dossier. Nous contre attaquerons en déposant plainte pour le délit de dénonciation calomnieuse contre Rachad Benelux ».

     

    Maître Djamal Yalaoui a particulièrement appuyé là ou ça fait mal c’est-à-dire au niveau du porte-monnaie « Voyez messieurs à quoi serve les impôts des belges quand l’Etat verse des subventions à ces associations montées artificiellement et dont la seule vocation est de pourchassée, harceler, intimider tout opposant algérien en Europe. Ces mêmes gens se sont enfuis d’Algérie et vous ont exporter une guerre silencieuse grâce au statut de réfugié politique offert, aux aides et subventions et vont jusqu’à détourner les règles de droit des pays occidentaux pour leur objectif. Ce sont ces mêmes personnes qui n’ont dans leur bouche que le mot « liberté d’expression » !!

     

    Rafaa met à nu les pratiques maffieuses de Rachad

     

    Dans sa dernière vidéo, le youtubeur algérien Rafaa établi au Canada révèle documents à l’appui les pratiques maffieuses de Rachad Benelux, filiale lucrative de Rachad Internationale, bien épaulée et soutenue par l’organisation Al Karama, aux accointances avérées avec le terrorisme internationale, bien chapeauté à partir de Doha et Ankara

    Lors de cette vidéo, Rafaa révèle les pratiques illégales de Rachad Benelux, devenue une société-écran et une vitrine pour la propagande terroriste, contre la stabilité de l’Algérie et l’indépendance de ses institutions.
    Rachad Benelux, bénéficiaire de l’argent du contribuable belge, est accusée et condamnée par la justice belge, au sujet d’évasion fiscale, non paiement des cotisations salariales de ses employés, et emploi de travailleurs en séjour illégal en Belgique