Mustapha Heddam : la situation est gravissime à nos frontières

Mustapha Heddam : la situation est gravissime à nos frontières

«Nous avons une situation géopolitique extrêmement déstabilisée depuis plus de dix ans »,  indique l’Analyste Politique Mustapha Heddam,  qui était, mardi, l’Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne.

Celui-ci relève des signes avant coureurs, dont la déstabilisation de la région, notamment l’Algérie en rappelant les conflits  créés en Libye, au Sahara Occidental et au Mali, entretenus à dessein par les puissances occidentales.

 

La situation  est gravissime à nos frontières, dit-il, mais ce qui est nouveau, depuis deux à trois mois, précise M. Heddam,  c’est ces déclarations hostiles d’un certains nombre de pays contre l’Algérie

Selon l’invité, ces pays  ont réagit au refus de l’Algérie au processus de normalisation de certaines positions, notamment vis-à-vis de la question palestinienne et Sahraoui. Cela s’inscrit, estime t-il, dans le cadre d’un processus de déstabilisation de la région. « Ce que nous voyons en Libye est la tentative de crée une situation et une atmosphère difficile pour l’Algérie. C’est aussi pour empêcher que le plan algérien s’applique », explique t-il.

Commentant cette politique international imposée par les occidentaux », M. Heddam la perçoit comme un moyen, pour ceux-ci, de persister dans les guerres, des massacres et des interventions  arbitraires  pour remettre en cause la souveraineté des Etats africains, plus précisément du Maghreb et du Sahel. .

Du point de vue de l’Algérie face à ces menaces, il rappelle que celle-ci entend défendre ses frontières, comme il a clairement signifié le général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP).

Pour lui, le premier principe de notre pays est de laisser les peuples choisir leurs dirigeants, une position que l’Algerie considère déterminante et fondamentale pour l’équilibre du monde.