Le Maroc et la cause palestinienne : La trahison pérennisée

La normalisation, une menace sérieuse tant pour le Maroc que pour l'Algérie

Dans un entretien qu’il nous a accordé, il y a plusieurs mois, l’auteur français, natif du Maroc, Jacob Cohen, nous a indiqué que la situation est assez critique au Maroc, malgré la solidarité naturelle et historique avec la Palestine., les diverses instances sionistes, dont le Mossad, se sont solidement implantées depuis une cinquantaine d’années, empruntant toutes sortes de voies, artistique, religieuse, humanitaire, touristique, politique, médiatique, pour tisser ces liens a priori inoffensifs avec des représentants de l’entité sioniste et accréditer l’idée d’un dialogue indispensable. L’auteur du « Printemps des Sayanims » alertera sur le rôle du « sayan » (collaborateur du Mossad) citant au passage l’artisan de la « sionisation » du Royaume ,André Azoulay bien implanté au cœur du pouvoir royal.
En fait, la normalisation de Rabat avec l’Entité sioniste est entamée au début des années 60, avec cette émigration des juifs marocains vers la Palestine Occupée, soutenue et encouragée par le Roi Hassan II.

Hassan II et son rôle dans l’espionnage des dirigeants Arabes

Le Roi Hassan II aura l’honneur de la fuite des informations et de l’espionnage des dirigeants arabes présents au Sommet de la Ligue Arabe, au profit des agents du Mossad, qui précédera la Guerre de 6 jours de juin 1967.
Ce n’est qu’un retour d’ascenseur offert par sa majesté à l’entité sioniste qui la soutenait dans la guerre des sables, de 1963, menée contre l’Algérie qui venait de sortir du joug du colonialisme français, et à la liquidation de ses opposants à l’instar de Mehdi Benbarka
Le même Hassan II , sera cautionnée par l’Arabie Saoudite et l’Iran du Shah, pour devenir le Président du Comité d’El Qods, après l’agression sioniste contre la Mosquée d’El Aqsa, dont le rôle est de faire éloigner les ténors du panarabisme et à leur tête , le Rais égyptien Jamal Abdenasser , et le président algérien Houari Boumediene

Un rôle majeur dans la visite d’Anouar Al Sadate à El Qods

Profitant de ses liens avec les dirigeants de l’Entité sioniste, le monarque marocain, jouera en compagnie du Shah d’Iran, un rôle important dans le rapprochement égypto-sioniste, à travers la préparation de la visite du Rais égyptien Anouar Al Sadate, à El Qods occupée, ouvrant la voie à la conclusion des accords de paix entre l’Egypte et l’Entité sioniste

La main basse d’André Azoulay

Responsable d’une grande banque française et conseiller économique du roi du Maroc depuis une trentaine d’années, André Azoulay est très utile pour le pays où il est né, grâce à ses relations économiques et financières sur le plan mondial. Mais il y a une contrepartie.
Derrière une soi-disant volonté de « dialogue » et de « tolérance » Azoulay a réussi à rendre la présence israélienne légitime dans un premier pays arabe, et ce dès les années 80, ce qui a facilité les bonnes relations qui se développent entre l’état sioniste et les monarchies du Golfe. Aujourd’hui, l’influence d’André Azoulay est plus visible, puisqu’il est chargé de veiller à la protection du prince héritier, et futur roi mineur, Moulay Hassan

Guide des Croyants, au service du sionisme

Aujourd’hui, date de la célébration de la journée internationale de la déclaration universelle des droits de l’homme, marque la consécration du Royaume du Maroc, au service du sionisme et le cautionnement des violations des droits du peuple palestinien, dont sa majesté, prétendant ête Guide des Croyants, est président du Comité d’El Qods .
Un Guide des Croyants qui va assister impuissamment à la « sionisation » de son Royaume au lieu de « libérer » El Qods et la Mosquée d’Al Aqsa