Le président Tebboune de retour en Allemagne pour des soins complémentaires

L président Tebboune, opéré au pied droit avec succès

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a quitté Alger dimanche à destination de l’Allemagne pour des soins complémentaires suite à des complications au pied après sa contamination au Coronavirus.

Dans une déclaration avant son départ pour l’Allemagne à partir de la base aérienne de Boufarik (Blida) où il a été salué par les hauts responsables de l’Etat, le Président de la République a affirmé que ce retour « était programmé afin de poursuivre le protocole thérapeutique, décidé par les professeurs, et dont il ne reste pas beaucoup mais nécessaire », précisant qu’une « petite intervention chirurgicale au niveau du pied n’est pas à écarter ».Exprimant le souhait que la période des soins soit « très courte », le président Tebboune a assuré que « même en étant physiquement loin, je continuerai à suivre au quotidien les affaires du pays avec tous les responsables ».  L’Etat, « est debout par ses institutions », a-t-il souligné valorisant « la mobilisation » de l’ensemble des responsables, et précisément l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale pour ses efforts dans l’assistance aux citoyens et la préservation de la sérénité au niveau national ».

Le Président Tebboune a également adressé ses remerciements aux « institutions élues », relevant « des aspects positifs et négatifs » pour ce qui est du Gouvernement.

Le président Tebboune a été salué à son départ de la base aérienne de Boufarik (Blida) par le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, le président du Conseil constitutionnel, Kamel Fenniche, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, le Général de Corps d’Armée, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP), Saïd Chanegriha, et le Directeur du cabinet de la présidence de la République, Noureddine Baghdad-Daïdj.Le traitement de ces complications qui ne présentent pas un « caractère urgent », était déjà programmé avant le retour d’Allemagne du président Tebboune, le 29 décembre dernier. Toutefois, ses engagements n’avaient pas permis, entre-temps, un tel déplacement.