La diplomatie de courtoisie et de l’inclusion des entités étasuniennes

La diplomatie de courtoisie et de l'inclusion des entités étasuniennes
Par Tarek Benaldjia

L’émergence d’une “diplomatie de courtoisie et de l’inclusion des entités étasuniennes” constitue également un facteur important dans la perte d’influence de l’État : Autrement dit “Nous assistons à une marginalisation du rôle de l’État dans les médiations.

La chronique est aussi à conseiller à des personnes habituellement hermétiques aux questions politiques étatsuniennes et qui trouveront là de quoi comprendre que d’autres pensent pour eux…Marginalisation de l’État algérien dans les processus de médiation et la prévention de crises.Ici, je fais référence aux multiples visites programmées et entamées par l’ambassadeur de France François Gouyette avec l’opposition bloquante, respectivement, Mohcine Belabbes , Zoubeida Assoul et Abou-El-Fadl Baadji rien qu’eux , sans l’ombre d’un doute ces contacts ont leur permets une réussite politique remarquable dans la « désolidarisation du rôle de l’État dans les médiations» des processus de médiation et de prévention de crises entreprise par le pouvoir algérien”

Pour cette raison, nous remarquions sans faute que les acteurs habituels qui peuvent apporter des solutions aux crises politiques et diplomatiques ne sont plus les mêmes ? Ya-ti-il eu un renversement des rôles dans les deux camps ? Par Qui ? Qui sont les responsables ? Il est évident que cela avait été découvert par les stratèges respectivement des ministères de la défense et des affaires étrangères des pays hostiles.Cette technique de la rhétorique de disqualification utilisée à l’encontre des institutions de l’État, à la quelle vient généralement s’ajouter des menaces et des injures des Hirakistes rigoristes de « Rachad », est le signe que, sur le terrain de la méthode, le complotiste vient bousculer son adversaire dans ses derniers retranchements, lorsque celui-ci est au bord de son propre gouffre intellectuel ?!Ce qui se passe sous nos yeux n’est pas seulement grave, c’est une lutte d’une nouvelle génération non conventionnelle!

La menace pour l’État algérien augmenterait si ces entités commençaient à travailler ensemble. Car ils offrent une grande variété de services à leurs clients, ce qui les met en concurrence directe avec notre État. Ils prospèrent là où ce dernier est trop faible ou corrompu pour exercer ses fonctions, fonctions qui sont reprises par les entités de la NED et de ses succédanés.

Lorsque c’est le cas, la légitimité échappe à l’État pour aller aux agresseurs géopolitique.Si nous algériens ne percevons pas notre géographie dans son ensemble, si nous ne transformons pas notre langage politique, notre langage de sécurité en conséquence, à travers des « lois de Sécurité globale », nous serons les perdants de ce siècle !

Le contexte actuel est donc l’un des plus sensibles qu’il puisse y avoir avec les acteurs en présence (Marocains Français, Israélien, Emiratie ……..) Ces nombreux points communs auxquels ces entités partagent ensemble, peuvent laisser penser qu’ils sont d’accord avec la façon d’agir ensemble !Ils tentent sciemment de nous mener vers le vide constitutionnel avec tous les risques et menaces qu’il peut comporter. C’est par là qu’ils vont essayés de frapper et ouvrir le nœud gordien de l’Algérie ! On voit cela s’appliquer avec l’ambassadeur français François Gouyette , dans ses visites de courtoisie avec la triade des trois mousquetaires évoquée ci-haut.Qui sont les complotistes?

Des années durant, ils avaient été le porte-parole des groupes de pressions étasunienne. Suite à ce revirement devenu un rituel de la part de certaines personnalités politiques et Ongistes algériennes pour exercer des pressions sur leur Etat, il est important de connaître les opinions de « Mohsen Belabbas » et « Karim Tabbou » qui viennent de dénoncer l’ingérence « d’Emmanuel Macron » dans les affaires internes de l’Algérie, après ses déclarations de soutien au « président Abdelmadjid Tebboune ». Il est certain, que ni « Karim Tabbou », ni « Mohsen Belabbas » et encore moins « Zoubeida Assoul », ne sont en mesure de s’attaquer à leurs alliés et copains du SNAPAP, LADDH, CFDA, CGATA, ACDA ou Amnesty International, FIDH et RSF, pour condamner leur action portant amplement l’ingérence dans les affaires internes de l’Algérie.

Il est d’ailleurs clair, que la diversion bien concoctée dans les laboratoires occidentaux, autour de l’entretien accordé par le représentant de l’Establishment néocolonial, en la personne « d’Emmanuel Macron », à un média anti-algérien, et pro-makhzen, et les réactions de ceux qui bénéficient largement du soutien médiatique et politique de l’Élysée, la DGSE et le Quai d’Orsay, ne peuvent nullement duper les algériens.

Ce qu’ils tentent de mettre en œuvre, est un programme visant à redéfinir les caractéristiques de l’État Algérien et de la société future, par la même à reconsolider les piliers du néo libéralisme dont le pays ciblé refuse de se soumettre au contrôle des puissants.Si, tel est le cas, Il convient d’instituer des dispositions de droit pénal lorsqu’elles sont jugées indispensables à la protection des intérêts en jeu et adopté une nouvelle stratégie avec l’union européenne « revoir le partenariat avec l’UE et avec l’ONU » en s’interrogeant sur la réalité de l’intérêt d’un pays grand comme l’Algérie.

Si des mesures ne sont pas prises immédiatement pour éviter un vide sécuritaire, il y a un risque grave que la situation sur le terrain ne se détériore, ce qui pourrait mettre en péril le processus politique en cours.Pour cela, nous devons d’abord libérer nos esprits, nous rendre compte de ce qui se passe et prendre la décision d’agir. Laquelle décision qui consiste à lancer une étude d’un projet de « lois de Sécurité globale » Cependant, je suis outré sur l’absence flagrante des personnalités nationales, des élites, des médias et des compétences nationales face aux évènements et évolutions accélérés que connait notre pays et qui requièrent des propositions constructives à même de rapprocher les points de vue divergents contre le risque de vide constitutionnel.
Dans ce genre de situation, et à ce niveau d’abstraction, il est certain que des détails
foudroyants restent non-révélés !

PARTAGER