El Kadi Ihsane : INESG dans la “barbouzerie” et Bensaada “barbouze”? Voyons ça!

El Kadi Ihsane : INESG dans la "barbouzerie" et Bensaada "barbouze"? Voyons ça!

Par DJERRAD Amar

Dans son émission Radio du 16 mars 2021 , le Dr Bensaada serait un « barbouze » c’est-à-dire un agent secret, non officiel, des services algériens, chargé des coups bas ! Comment qualifie-t-on celui qui fait partie de cette faune chargée, par la ruse comme à Troie, de déverser sur la ‘flore’ « hirakiste » la toxine « printaniste » pour semer le chaos et la désolation dans son pays ? De quel côté active l’un et l’autre ?

Qui est dans le patriotisme et qui fait dans la tartuferie ? Le docteur en physique, écrivain, essayiste, professeur et pédagogue émérite ou bien le journaliste et animateur d’une Radio privée qui n’invite que les siens ? On le saura à travers, les faits et gestes de chacun, nos explications et nos commentaires.

El kadi Ihsane nie à Tebboune la « légitimité de Président »

El kadi Ihsane est journaliste anti-Tebboune à qui il nie la « légitimité de Président » comme s’il représente le peuple qui n’a pas voté en désavouant celui qui a voté ! On appelle cela le culot à défaut de talent !

En se référant aux slogans des pseudos-hirak (disparus), il a accouché en janvier 2021 d’un article intitulé « La présidence Tebboune en perdition sur un champ de ruines politique » (1) publié sur « Maghreb émergent » (dont il est auteur en relation avec sa Radio privée baptisée M dont il est animateur) qui ne critique aussi que le pouvoir en Algérie.

En porte-voix et plume des bobos et des cocos, amateur des revirements est lié idéologiquement et tactiquement à un certain Nicolas Beau, celui qui aime l’Algérie et son Armée.

Ce dernier, toujours aux aguets quand il s’agit de l’Algérie, saute sur l’opportunité de la célébration du 1er novembre 1954 pour dégurgiter ce vomi : « Le transfert en urgence du président Abdelamjid Tebboune vers un hôpital allemand signe la mort politique du président. La situation n’a jamais été aussi critique … le pays entier est dans le brouillard. » (2).

A l’appui de son texte, il cite un commentaire d’El kadi Ihsane, comme « analyse » crédible en sa qualité de journaliste Algérien et sûrement en faire-valoir d’occasion pour avoir été un serviteur zélé du pouvoir déchu dont il a lui aussi profité des bienfaits.

Rappelons les deux extraits cités, de notre Ihsane, une anthologie qui mérite de passer à la postérité : « Comment entrer sous l’ère de la nouvelle constitution sans sa promulgation par le président de la République ? Sous le régime de quelle constitution faudra-t-il déclarer une vacance temporaire du pouvoir présidentiel…le président Abdelmadjid Tebboune ne pourra pas réoccuper sa fonction présidentielle pendant une longue période, dans le cas, le moins certain, où il pourrait recouvrer des capacités de travail normales pour un chef d’État… l’Algérie est en train d’entrer dans une nouvelle crise … semblable à celle ouverte par l’AVC de Abdelaziz Bouteflika … » (3)

       Absurdité sur l’Armée algérienne

El kadi Ihsane en profite pour réitérer cette absurdité sur l’Armée,en s’employant à démontrer sa division et donc sa faiblesse , que reprend bien-sûr le démoniaque Nicolas Beau : «…Le projet…de feu Ahmed Gaïd Salah… de placer A. Tebboune à El Mouradia n’avait déjà pas tout à fait réussi à aligner tous les décideurs au sein de la haute hiérarchie de l’armée… Le nouveau patron de l’ANP… Saïd Chengriha a tenté de faire corps autour de cet héritage présidentiel, peu emballant au sein même de l’armée…La séquence historique algérienne est…semblable par la succession gérontocratique, à celle de la fin du règne Brejnévien… le politburo du parti communiste soviétique a généré deux leaders éphémères, Andropov et Brejnev…». Burlesque et stupéfiant ! Il ne manquait que le sort de « Nicolae Ceaușescu » ! (3)

Le Président est rentré, a repris ses fonctions, a signé tout ce qui est urgent et nécessaire, retourné en Allemagne pour des contrôles et soins complémentaires puis rentré guéri et rien du catastrophisme énoncé par ces deux compères ne s’est produit ! Par ce comportement pernicieux, on est tenté de guetter sa santé mentale et les angoisses de sa famille si demain lui, El kadi Ihsane, chope ce virus en se faisant hospitaliser ! Ce sera peut-être les « services du DRS » qui le lui auront filé ? En ces moments d’aliénation, tout est permis !
           Ces satanées urnes, cet « opuscule » déprimant
 Dans ce sillage contre le nouveau pouvoir, issu de ces satanées urnes, l’autre personnage que l’on a cru pouvoir faire passer sous les « fourches caudines » du clan des « printanistes », qui se croyait vainqueur, est le « terrible doubab » Dr Bensaada qui a tout gâché, tout déconstruit, tout mis à nu avec son « opuscule », son « kouteyb », son polar exaspérant et déprimant !
Dans sa campagne arbitraire anti-Bensaada et son livre, lisons une des répliques de ce dernier à l’endroit de El kadi Ihsane qui nous permet de comprendre encore mieux de qui l’on parle : « et que dire de cette farce nommée Radio M qui invite maître Bouchachi pendant près d’une heure sans effleurer ne serait-ce qu’un instant le contenu de mon livre ? Le comble : quelques secondes avant la fin de l’émission, El kadi Ihsane annonce sarcastiquement que M. Drareni (…) a demandé à Mme Assoul [son avocate] de lui dire de m’inviter… Faudrait-il aussi, M. El kadi Ihsane, que je vous écrive pour savoir quel jour votre seigneurie daignera-t-elle me recevoir dans votre « prestigieuse » radio ? La commedia dell’arte dans toute sa splendeur ! Il serait fastidieux de faire une recension complète des méfaits journalistiques causés par la sortie de mon livre.» (4) Serait-il assez courageux pour l’inviter officiellement et correctement à son émission Radio pour débattre franchement du Hirak, de son livre et des financements par la NED de personnes et d’associations algériennes ? Ou bien a-t-il adopté la même attitude de ne jamais inviter ce « sinistre personnage » (comme disait Addi L.) ? Tout comme certains médias privés algériens – dont le chef de l’un d’eux aurait dit à un journaliste qu’il ne veut pas voir ce nom de Bensaada sur son journal  et des chaînes TV françaises qui souhaitent un « printemps » comme le sioniste BHL!

Une Radio dite « M » supposé « Maghreb », qui ne vise qu’à stigmatiser en ne cessant de déverser son fiel. à l’image de sa semblable qui émet depuis les USA « Radio corona » rebaptisée « Radio Khorti » (en algérien : vulgaire mensonge) – tout comme « Al Magharibia » (La Maghrébine) devenue “Awres” qui consacre l’essentiel de ses programmes au dénigrement de l’Algérie. Un site d’information la qualifie de « Radio Mystère », surtout durant les pseudos « hirak » quand elle s’est transformée en instrument de propagande, « porte-parole » des manipulateurs, des fossoyeurs et du clan dit des « demokhrates », ces politicards qui refusent les élections en empêchant le peuple de voter par les menaces et la violence de leurs ouailles, surtout en Kabylie, s’en tenant à cette « phase de transition », aidés par des milieux et officines étrangères, surtout françaises, ayant une dent contre l’Algérie indépendante ! El kadi Ihsane évolue, nage et vit dans cette matrice de duplicité, de mensonges et de propagande !

 Radio M et Al Magharibia même combat
Une autre gredinerie, à rappeler, produite par cette radio Radio M, est l’invitation d’un voltigeur ignorant chargé de pousser l’immoralité et le crétinisme au plus haut degré. Un guignol, à qui l’on a confié la tâche de faire peur en avertissant « d’un risque de séparation de la Kabylie de l’Algérie » si d’aventure les élections auront lieu ! Une « phase de transition » qu’ils veulent imposer qui permettra de réhabiliter le système funeste et corrompu sur lequel ils vivaient en s’encanaillant ! C’est cela leur « démocratie », leurs « libertés » qu’ils ont rageusement perdu suite à un hirak qui a anéanti leurs privilèges de classe, rétréci leur « bras long», mis fin à leur influence et prédation ! Leur pseudo-hirak qu’ils s’échinent à provoquer, à encourager et pérenniser à coup de milliards, n’est qu’une pâle copie falsifiée du véritable qui a atteint ses objectifs en pulvérisant les cabinets noirs avec ses occupants ! Il ne reste que les rescapés invisibles et leurs porte-voix comme ces journalistes-bobos  qui, à court d’arguments, d’idées et d’intelligence ont opté pour la calomnie, la vilenie, le mensonge, la médisance et même pour la censure de leurs contradicteurs au nom d’une “déontologie” mal assimilée ! En suivant leurs faits et gestes c’est bien le désordre qui est souhaité, dont il seront les premières victimes comme dans toutes les situations de chaos dans le monde en particulier chez nous, durant la décennie dite noire !

Dans son intervention (de mars dernier) sur la chaîne islamiste (ex « Al Magharibia », la maghrébine, qui ne programme que l’Algérie), cet animateur de Radio M s’est embrouillé, s’est égaré ! Il ne sait plus comment et où se positionner pour mieux duper, lui qui a tété toutes les mamelles surtout celles du régime déchu qu’il défend maintenant en mettant ses penchants à la nuisance au service des islamistes de Rachad, qu’il exècre par ailleurs, pour espérer faire tomber le « régime » actuel, le « tombeur » de ses maîtres, le spoliateur de la ‘‘vache laitière’’ ! Sachant que le peuple a bien compris, la manipulation, l’alliance contre-nature ‘‘rachado-démocrate’’, la mainmise et la domination de Rachad sur les “démocrates” lors des pseudo-hirak et l’échec prévisible de la stratégie des deux tendances, cet opportuniste a cru faire une trouvaille habile : un complot des « moukhabarate » (les « services ») qui auraient suscité ce « takhwif » (faire peur) dans le but de mettre fin aux manifestations ! « C’est le logiciel de la guerre civile qui continue à fonctionner » dit-il et d’interpréter ainsi, selon son logiciel, les intentions des « services » : « vous êtes en train de sortir ‘‘khawa-khawa’’ (en frères-frères), vous pensez être unis alors que c’est les islamistes radicaux qui vont prendre la main ; vous êtes manipulés par Rachad… »

           Complotisme, « takhwif et moukhabarate »

En journaliste-bobo, il passe son temps à cancaner et commérer en croyant faire dans l’ingéniosité. C’est plutôt lui qui garde le même « logiciel » pro-Rachad et le même esprit « complotiste ». Ihssan est bien un ‘complotiste’ qu’il cache en accusant les autres de l’être ! Le voilà en Zorro surgir, sollicité par Rachad, pour ‘dévoiler’ que ce « takhwif » est une propagande des « services algériens » qui veulent faire croire que le « hirak » est infiltré et dirigé par les islamismes de Rachad, afin de faire peur ! Leur échec, demain, sera aussi à cause des moukhabarate ! Comme si ces derniers ont pour mission de les aider à réussir leur complot ! Stupide et stérile !

Ce sulfureux animateur ne s’arrête pas là, enivré par ce qu’il croit une notoriété, il a balancé une autre pitrerie lors de son émission du 16 mars 2021 (voir vidéo jointe) dont le sujet est « l’économie et l’impact du Covid-19 ». On penserait à une analyse scientifique, mais pas du tout ! Il est question d’en faire plutôt une critique du pouvoir dans toute sa gouvernance. Le clou est que notre El kadi Ihsane, en obsédé, introduit dans le débat, tel un cheveu dans la soupe, l’incontournable et le redoutable Bensaada, l’auteur du terrible « Qui sont les ténors autoproclamés du Hirak Algérien ? », (disponible en Algérie), un livre qui fait mal aux menteurs, manipulateurs et félons, qu’il ne semble pas encore avoir lu puisqu’il persiste dans ses mensonges et faussetés sur son contenu ! Une occasion pour le qualifier, cette fois, de « barbouze » au service de la « barbouzerie » de l’INESG où le Dr Bensaada a participé (le même mois que l’émission) par une conférence ! De l’éthique journalistique ou de la déontologie professionnelle et même du respect du thème et de son cadre, point ! Il questionne et répond à la fois tout en faisant de Bensaada un point de fixation. S’il programme sur les vendanges en Australie, parions qu’il s’arrangera pour introduire Bensaada !
Le 23 mars soit une semaine après, il publie sur son blog, en « démocrate » bavard du clan, un article par lequel il s’échine à nous présenter Rachad comme la «solution» et non le problème à la «crise» pour peu qu’ils suivent quelques-uns de ces conseils afin d’améliorer sa stratégie ! Après la propulsion de Mourad Dhina (de Rachad), par L. Addi, « Erdogan algérien », le voici en auxiliaire, nous expliquer, en défense de Rachad et du hirak, les raisons de préserver la place de Rachad dans le hirak. Il l’a intitulé « Pourquoi la place de Rachad doit être protégée dans le Hirak » ! (5)
Ihsane sait que ses amis, cités dans livre de Bensaada, sont financés par des organismes américains (en particuliers), initiateurs des « printemps », pour faire tomber les « régimes » récalcitrants à la politique hégémonique des USA ! Certainement que d’autres le sont!

 

       L’INESG et Bensaada dans la barbouzerie ?

L’Institut National d’Etudes de Stratégie Globale (INESG) est une institution sous tutelle de la Présidence de la République Algérienne. C’est un ‘‘think tank’’ de l’Etat algérien. Sa vocation est de mener, en concertation avec les secteurs et les institutions concernés, des activités d’analyses et d’études prospectives sur des questions stratégiques de la vie nationale et internationale. Ces études et analyses sont destinées à déterminer, comprendre et expliquer les facteurs et relations jouant un rôle déterminant en matière d’action politique, économique, sociale et culturelle, au plan géostratégique. Cet Institut doit être inaccessible à El kadi Ihsane pour faire l’objet d’une basse critique de sa part.

Si les participants à leurs travaux de recherche et d’analyses sont des « barbouzes », alors toutes les compétences académiques, algériennes (ou étrangères) qui ont contribué par des conférences le sont ! Parce que le Dr Bensaada « cet universitaire de Montréal » dont-il a « oublié le nom » « qui a passé son temps à cracher du venin sur le hirak » y a participé alors, il déduit qu’on « est dans la barbouzerie ». Un invité a protesté en lui lançant qu’il « ne partage pas du tout cette opinion » sur Bensaada et l’INESG. (6)
Les Algériens doivent savoir que El kadi Ihsane est dans le même programme d’attaque et de dénigrement des intellectuels qui mettent à nu les complots contre l’Algérie, mais aussi dans le même combat que Dhina de Rachad qui «accuse» lui aussi Bensaada d’être membres du « comité de rédaction » du CIGPA (Centre International de Géopolitique et de Prospective Analytique), un think-tank présidé le tunisien Mezri Haddad qu’il qualifie de « sulfureux contre révolutionnaire». Le monde sait que Mezri Haddad est connu entre autres pour son anti-intégrisme, anti-frères musulmans, anti-Erdogan et anti-sionisme ! Son « comité de rédaction » ne comprend pas M. Bensaada, mais Richard Labévière (Journaliste et écrivain) ; Jacques-Marie Bourget (journaliste défenseur de la cause palestinienne blessé gravement par l’armée israélienne), Majed Nehmé (rédacteur en chef du magazine Afrique-Asie, auteur de « l’Encyclopédie politique », en sept volumes) entre autres. Dhina « prouve » le ‘‘complotisme’’ de Bensaada par ses relations avec Mezri, Nehmé, Labévière et Bourget dans le CIGPA. El kadi Ihsane « prouve » la « barbouzerie » de l’INESG par le fait d’avoir fait participer le « complotiste » Bensaada à sa conférence !
Ceci pour montrer où peut aller le culot des menteurs et des manipulateurs … jusqu’à vous faire passer la pâtisserie pour des excréments et vice versa ; le patriote pour un traître ou terroriste et vice versa ; le bienfaiteur pour un voleur et vice versa ; l’intellectuel pour un ignare et vice versa ; toutes les bonnes actions pour de mauvaises et vice versa … De quoi leur cracher à la figure ! On voit bien que là où le Dr Bensaada pointe son doigt accusateur ou met en garde, le clan mafieux sort l’artillerie ! Pourquoi donc ces méchancetés contre un intellectuel algérien connu pour ses compétences, sa probité et son patriotisme?

          Qui finance Radio M ?

El kadi Ihsane doit être soit bien affecté par le nom de Bensaada et son livre, qui ne le cite pourtant pas, soit qu’il a des choses à se reprocher dans le sens de l’objet du Livre. Le nom « Bensaada » devenant, dès lors, l’inducteur qui engendre un trouble émotionnel ou affectif. Les plus pédants et insolents cachent souvent une tare et un complexe ! Avec ses attaques récurrentes et impertinentes contre Bensaada, il risque d’être à l’origine de sa mise à nu éventuelle. Selon certaines réponses aux médias M. Bensaada a avoué qu’il n’a fait que quelques révélations pour éveiller les consciences et susciter le débat pour protéger l’Algérie et non de nuire à des personnes. La sagesse à des limites ! On ne doit pas la prendre pour de la faiblesse ! Une Radio fonctionne avec un budget; peut-on connaitre les sources de financements pour nous rassurer?

S’il y a obligatoirement « choix » dans la « barbouzerie », lequel doit-on accepter : Barbouze pour les siens contre les ennemis ou barbouze pour les ennemis  contre les siens ?

Albert Einstein a mis en équation le « succès dans la vie » dans l’addition de trois variables : « travailler, s’amuser et se taire ». El kadi Ihsane lui manque des variables, ici, pour espérer s’intégrer dans ce nouveau régime !

Terminons par cette citation utile dans la vie :

– « Si un journal avait du culot, j’adorerais que l’on titre en couverture sous mon nom : « Je fais un métier de con. » Bon, peut-être pas de con, mais complètement superficiel. Un métier de paraître ” (Mathilde Seigner ; Interview)

A trop vouloir paraître, on risque de disparaître !

A.D

Références