Salah Goudjil: L’Algérie face à une guerre médiatique impliquant une mobilisation

Salah Goudjil: L'Algérie face à une guerre médiatique impliquant une mobilisation

Le Président du Conseil de la Nation, Salah Goudjil, a affirmé, lundi à Alger, que l’Algérie était face à une guerre médiatique qui requiert d’elle de s’armer par tous les moyens pour protéger sa souveraineté.

« L’Algérie, à l’instar des autres pays du monde, fait face à une guerre médiatique qui requiert d’elle de s’armer par tous les moyens pour la contrer », a déclaré M. Goudjil lors d’une journée parlementaire sous le thème « La chaîne TV parlementaire: une passerelle entre le peuple et ses représentants et un enjeu politico-médiatique », ajoutant que « le statut de l’Algérie aux plans régional et international impose la promotion des médias en tant qu’arme dans cette guerre ».

Pour le président du Conseil, la chaine parlementaire, qui ouvrira prochainement, garantira une meilleure  compréhension de la démocratie au sein des institutions élues, consacrera le concept du contrôle du Gouvernement par les élus et mettra en lumière les activités et débats des membres du Parlements, ce qui  reflètera la véritable notion de la diplomatie parlementaire et son effet sur vie publique. Cette chaîne parlementaire devra renforcer la démocratie de l’Algérie, l’un des fondements de l’Algérie nouvelle », a-t-il poursuivi.

A cette occasion, M. Goudjil a souligné que l’Algérie traversait une étape importante après avoir mené à bien l’élection présidentielle et l’amendement de la Constitution, et s’apprête à présent à organiser des élections législatives en application du programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dans le cadre de la poursuite du processus d’édification de l’Etat et de ses institutions et en concrétisation du principe d’un Etat pour tous, sans exclusion aucune.

Il a mis l’accent, en outre, sur « l’impérative préservation de l’indépendance de la décision politique, étant le reflet de l’indépendance réelle qui fait la fierté de l’Algérie ».

Le Président du Conseil de la nation a estimé que la construction de l’avenir exigeait la remémoration du passé et la préservation de la devise de la Déclaration du 1er Novembre en s’inspirant du présent pour faciliter le travail et ancrer la culture de l’Etat, notamment dans l’action politique ».