L’ONG « Acted » liée à des connexions douteuses et subversives avec une organisation terroriste au Niger

L'ONG « Acted » liée àt des connexions douteuses et subversives avec une organisation terroriste au Niger
Par Tarek Benaldjia
Les autorités nigériennes ont suspendu “jusqu’à nouvel ordre” les activités de l’organisation non gouvernementale (ONG) Acted soupçonnée de “connexions douteuses” avec une organisation terroriste.
“Les activités de l’ONG Acted sont suspendues jusqu’à nouvel ordre dans la région de Diffa. Une enquête est ouverte pour clarifier sa situation”, a indiqué le gouverneur de cette région, Issa Lémine, dans une note circulaire transmise lundi aux services régionaux de la police de Diffa.
“Pendant ce temps, tous les véhicules Acted doivent être immobilisés et donc interdits de déplacements”, a-t-il instruit.
Dans une correspondance adressée le même jour au coordonnateur régional de l’ONG, le gouverneur de Diffa a expliqué les raisons de sa décision.
“Il semble que votre organisation mène des activités qui sont en contradiction avec son statut et le cadre de partenariat qui la lie à l’État du Niger.
Ainsi, il m’a été rapporté à plusieurs reprises par des sources vérifiées que l’ONG Acted entretient des connexions douteuses et subversives avec une organisation terroriste”, a-t-il noté.
“Pour clarifier cette situation, nous sommes dans l’obligation de prendre des mesures conservatoires et mener une enquête préliminaire au niveau local avant de transmettre le rapport à Niamey au ministère qui statuera définitivement”, a ajouté le gouverneur Issa Lémine.
Acted est une ONG française qui intervient depuis 2010 au Niger avec pour mission de “répondre aux besoins humanitaires des populations déplacées”, notamment en raison du conflit dans la zone des “trois frontières”(Mali, Niger et Burkina Faso) et dans la région du Lac Tchad entre le Niger, le Nigeria le Tchad.
Le 9 août dernier, six humanitaires français travaillant pour cette ONG, ainsi que leur chauffeur un guide nigérien ont été tués par des hommes armés non identifiés dans la réserve touristique des girafes de Kouré, à une quarantaine de kilomètres à l’est de Niamey.
PARTAGER