Le néphrologue Tahar Rayane : « la greffe rénale patine en Algérie à cause de nombreux facteurs handicapants »

Le néphrologue Tahar Rayane : « la greffe rénale patine en Algérie à cause de nombreux facteurs handicapants »

L’activité de greffe des organes patine ces dernières années après des prouesses enregistrées depuis sa création en Algérie. Le constat du professeur Tahar Rayane, président de la société algérienne de néphrologie, dialyse et transplantation rénale, «est plus qu’alarmant».​

L’invité de la rédaction de la chaine 3, de la Radio Algérienne incombe ce recul à plusieurs facteurs inhérents à la spécialité. « A cause de ces facteurs intrinsèques la spécialité de transplantation rénale n’a pas avancé », affirme-t-il ajoutant « ainsi le nombre d’intervention demeure réduit par rapport aux moyens matériel, humain et expérimental disponibles ».

On patine, dit-il, tout en faisant du sur place aspirant à une reprise progressive mais timide. Passé d’une moyenne de 300 greffes  annuellement, seulement 20 opérations ont été effectuées en 2019.

Parmi les facteurs qui ont gravement freiné l’activité à travers tous les services en la matière au niveau des hôpitaux respectifs, M. Rayane cite en premier «la pandémie du coronavirus ». « La Covid-19 ne permet pas de pratiquer pour des raisons évidentes telle la réticence des patients devant la contagion ou les suites d’un tel acte sur un organe noble comme le rein qui est étroitement lié à l’immunité de l’être humain.

« D’ailleurs on a eu pas mal de pertes de sujets en post-greffe », révèle l’intervenant déplorant « une centaine de patients morts à cause du Covid dont des dialysés après des opérations chirurgicales ». « Mais il n’y a pas que… », regrette-t-il.

Entre autres facteurs, le professeur cite « l’instabilité du personnel » qui frappe les équipes spécialisées. « Certes basée nécessairement sur les néphrologues, l’activité chirurgicale médicale est multidisciplinaire et si les équipes chargées de cette activité sont réduite par le départ dans les rangs de néphrologues elles vont être obligatoirement handicapées, voire empêchées d’activité.

« De même sur le plan chirurgicale. Si le chirurgien quitte cette activité, pour une raison quelconque, cela impacte négativement la chaine des intervenants, et cela est valable pour les auxiliaires paramédicaux », indique le professeur Rayane.

Cette instabilité, ajoute-t-il, est due aussi au départ des spécialistes de rang professoral à l’issue des concours de chefferie qui détournent immanquablement les spécialistes de leur première vocation vers une activité managériale.

« Il y a eu beaucoup de départs de néphrologues, de chirurgiens et des paramédicaux à l’étranger et là on y peut rien », se lamente M. Rayane eu égard des nombreux spécialistes formés, jusque-là, pour promouvoir la spécialité. « Le problème est beaucoup plus bureaucratique que médicale », précise-t-il.

« Il faut mettre désormais certains paramètres pour réorganiser la discipline et bien juguler le personnel médical nécessaire en fonction des besoins départementaux », suggère-t-il pour améliorer une situation désastreuse. Car, dit-il, le départ d’un spécialiste de cette activité vers d’autres services (administratifs) nuit profondément aux équipes formées à cet effet.

Il faut repenser l’activité de greffe, conseille-t-il, et mettre à profit le capital expérience très estimable dont jouissent les médecins algériens, pour faire de la greffe d’organes en Algérie un bastion au secours des souffrants  qui attendent avec l’espoir d’un soulagement définitif au lieu d’attendre la mort.

« Pas moins de 10 000 patients attendent un greffon depuis des années », révèle le professeur Rayane constatant que le déficit est énorme.