Un groupe de marocains et d’israéliens observent un sit-in “provocateur” à Oujda

Un groupe de promoteurs du tourisme israéliens en compagnie d’individus marocains, ont observé jeudi un sit-in à Oujda (nord-est du Maroc) prés de la frontière algérienne, selon le journaliste marocain, Ali Lmrabet qui évoque “une provocation” envers les deux peuples (algérien et marocain).

Le journaliste considère, dans un autre tweet, que lorsqu'”un groupe de personnes vont, sous la protection de l’État marocain, dans un lieu précis et symbolique de la frontière” (algéro-marocaine), pour exhiber les symboles de l’entité sioniste, c’est une manifestation politique”.

Vidéo à l’appui, le journaliste marocain et ancien diplomate, Ali Lmrabet, dénonce, dans un tweet, le fait que les autorités marocaines aient autorisé cette “exhibition” alors que la veille, mercredi, elles interdisaient un sit-in de soutien au peuple palestinien devant le parlement à Rabat. Après l’annonce en décembre dernier par l’ex-président américain, Donald Trump, de la normalisation des relations entre le Maroc et l’entité sioniste, plusieurs manifestations de protestation contre cette décision du régime marocain ont été organisées dans plusieurs villes du royaume.

Début février, le Groupe d’action national pour la Palestine au Maroc a appelé à une mobilisation continue des Marocains, et à des rassemblements populaires d’envergure contre l’accord de normalisation, qui menace la stabilité de toute la région, dénonçant “la politique du chantage et de diabolisation menée par le régime contre les Marocains libres qui rejettent toute relation avec l’entité sioniste”.

En mars, une quinzaine d’associations, de groupes politiques et syndicaux au Maroc ont décidé de faire front commun contre la normalisation des relations entre le royaume et l’entité sioniste, qualifiée par le président de l’Observatoire marocain contre la normalisation, Ahmed Wihmane, de “désastre”.