Senhadji insiste sur le dépistage en prévision de l’ouverture partielle des frontières

Senhadji insiste sur le dépistage en prévision de l'ouverture partielle des frontières

Le président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, Pr. Kamel Senhadji, a insisté lundi à Alger sur le dépistage de la Covid-19, notamment par des tests PCR, et le strict respect des protocoles sanitaires, suite à l’approbation dimanche, en Conseil des ministres, de propositions en faveur d’une réouverture partielle des frontières.

Invité de la Radio nationale, M. Senhadji a souligné l’impératif pour tout voyageur arrivant en Algérie, après la prochaine réouverture partielle des frontières, de passer un test PCR, ajoutant que ces tests doivent être réalisés au niveau des aéroports et des postes frontaliers à travers la mise en place de laboratoires équipés des techniques nécessaires.

Le Conseil des ministres, réuni dimanche sous la présidence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a approuvé une décision relative à la réouverture des frontières, dès début juin prochain, à raison de cinq (5) vols quotidiens de et vers les aéroports d’Alger, de Constantine et d’Oran, en insistant sur le « strict respect des mesures préventives ».

Le président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire a également mis l’accent sur l’importance d’accélérer le rythme de vaccination contre la Covid-19 afin d’atteindre l’immunité collective et d’endiguer l’épidémie, soulignant que tous les vaccins anti-Covid se valent en termes d’efficacité.

A ce propos, M. Senhadji s’est félicité de la production, dès septembre prochain, du vaccin Spoutnik V en Algérie en partenariat avec un laboratoire russe, estimant que ce projet permettra un transfert de technologie et la mise à disponibilité d’importantes quantités de vaccins.

Il a, par ailleurs, fait savoir que ses services préparaient un projet de construction d’un hôpital pour le confinement sanitaire doté d’un centre de recherches sur la vaccination.