Allo, Jacques-Marie Bourget, RSF a saisi la CPI contre Israël

Allo, Jacques-Marie Bourget, RSF a saisi la CPI contre Israël

Reporters Sans Frontières RSF a déclaré ce lundi, par le biais de son Secrétaire Général Christophe Deloire, que son ONG, vient de saisir la Cour Pénale Internationale CPI, après des   contre des locaux abritant des médias à Ghaza, les qualifiant même de « crimes de guerre »

« Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées », indique RSF dans sa saisine, les bombardements ayant visé les bureaux de médias palestiniens et étrangers. Du déjà entendu, puisque RSF avait saisi la même instance judiciaire internationale, le 15 mai 2018, après des attaques de l’armée sioniste visant des journalistes palestiniens.

RSF a saisi la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Madame Fatou Bensouda, d’une communication sur le fondement de l’article 15 du Statut de Rome, lit-t-on dans la requête de RSF

Dans cette requête, l’ONG en question évoque les tirs directs de snipers de l’armée israélienne à l’encontre d’une vingtaine de journalistes palestiniens, sur le territoire de Ghaza, dans le contexte des manifestations de la Marche du retour.

Pour RSF, ces faits relèvent clairement de la compétence de la Cour.

“Les autorités israéliennes ne pouvaient ignorer la présence, parmi les civils manifestants, de journalistes. Elles ont manqué à leur élémentaire devoir de précaution et de distinction en visant à balles réelles ces personnes protégées, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. « Ces violations délibérées et répétées du droit humanitaire international sont constitutifs de crimes de guerre. En saisissant la Cour pénale internationale, RSF appelle les autorités israéliennes au strict respect du droit international.” Ajoutait-t-il.

Les prix Dan David, attribués à RSF

Si RSF défend réellement les droits des journalistes à s’exprimer et à exercer leur droit à informer l’opinion publique, sur les évènements qui se produisent en toute objectivité, il était judicieux pour Christophe Deloire, et sa bande, de remettre les prix Dan David, dont le montant de chaque prix est d’un million de dollars. C’est la poudre aux yeux, cette ONG, s’était distinguée par son travail sélectif, lorsqu’il s’agit de traiter l’information, et ce n’est pas Jacques-Marie Bourget ; Michel Collon ou Maxime Vivas qui vont nous contredire.

Jacques -Marie Bourget, victime du sniper sioniste et de la complaisance de RSF

Le 21 octobre 2000, le journaliste Jacques-Marie Bourget a failli perdre la vie, suite à un tir d’un sniper du Tsahal qui le visait à Ramallah, au moment où il faisait une couverture médiatique, et préparait un reportage sur la deuxième intifadha des palestiniens.
Depuis, il s’est lancé dans un combat judiciaire, sans que RSF, ne daigne le soutenir, ou même condamner l’acte ignoble de l’entité sioniste.

Lire : https://algerie54.dz/2020/06/02/medias-financement-3/