Quand le CRA dérange

Quand le CRA dérange

Lésé sur le plan médiatique ; le Croissant Rouge Algérien CRA, demeure une fierté nationale et patriotique depuis sa création au début de l’année 1957, en pleine guerre de libération nationale, n’a jamais eu l’intérêt qu’il mérite malgré son omniprésence sur le plan nationale, lors des rendez-vous humanitaires liés aux catastrophes naturelles, guerres, ou récemment les actions de solidarité liées à la lutte contre la pandémie du Covid-19.

Si les actions du CRA, se limitaient au temps de la glorieuse révolution de novembre 1954, à être au chevet des réfugiés algériens installés dans les pays limitrophes, il n’en demeure que les actions post-indépendance seront élargies à porter assistance et secours aux algériens vivant dans la précarité et dans des zones désenclavées et éloignées.

 

Le bilan est largement positif et digne d’être revisité puisque le CRA était omniprésent dans les catastrophes ayant touché notre pays, comme les différents séismes, comme ceux de Chlef, ex : El Asnam et Boumerdes , les inondations, en ajoutant les actions quotidiennes de solidarité à l’égard des familles algériennes démunies, et ses compagnes systématiques et récurrentes de dons de sang e à l’égard des patients, et des actes de solidarité liés à des évènements religieux et nationaux.

Omniprésence sur la scène internationale

Le Croissant Rouge Algérien, est régulièrement présent sur la scène internationale, et ce n’est pas les responsables du CICR, qui vont nous démentir.
Le CRA, sous la houlette de Mme Saida, Benahbyles, femme patriotique dévouée à la cause humanitaire, n’a jamais failli à sa mission humanitaire, comme l’indiquent ses actions de solidarité menées dans les pays frontaliers de l’Algérie au Niger, Mali, Mauritanie, et Libye, et qui s’ajoutent à ses actions récurrentes de solidarité  menées au profit des réfugiés sahraouis, installés dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, ou celles menées au profit de la population de Ghaza, victime d’un blocus injuste, cautionné par la complaisance et le mutisme de la communauté internationale, et des actions menées en faveur du peuple irakien, en particulier les enfants de l’Irak, au temps de l’embargo et blocus occidentaux.

Durant les dernières années, le CRA s’est illustré par des actions, saluées par le CICR, et les Croissants Rouges de Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Croissant Rouge Sahraoui, et Croissant Rouge Palestinien. Un statut qui ne laissera pas indifférent les ennemis de l’Algérie, et les ONG affiliées à des idéologies identifiées et qui veulent se substituer à cette institution, liée organiquement au combat de l’ALN durant la glorieuse révolution de novembre, puis de sa digne héritière l’ANP, et qui avait réussi à marquer son territoire à travers des actions  humanitaires et de solidarité qui touchent non seulement le pays, mais aussi les pays voisins, conformément à la doctrine du premier novembre 1954. Le soutien de l’ANP au CRA, avait à maintes reprises ; été encensé et salué par la présidente Saida Benhabyles, et qui soulignera que ce soutien date de l’époque de la glorieuse révolution de novembre.

Sur ce registre, le CRA et l’ANP demeurent les revers d’une seule main, celle de l’Algérie souveraine, soucieuse du volet humanitaire et tournée vers le respect des valeurs universelles de liberté et de solidarité avec les peuples.

PARTAGER