Le ‘rachadiste’ et agent multiple Zitout hurle depuis Londres : « haya allah ahrar Tizi Ouzou ! »

Le ‘rachadiste’ et agent multiple Zitout hurle depuis Londres : « haya allah ahrar Tizi Ouzou ! »

Par Djerrad Amar

Notre homme aujourd’hui se nomme Larbi Zitout ! Nous le citons non pas parce qu’il présente des capacités ou porte des valeurs, l’individu lui-même n’a pas d’importance et d’aptitudes, mais parce qu’il est le plus visible de Rachad par ses drôleries, ses stupidités et ses crâneries par ses vidéos. Il nous parait illustrer l’essentiel de la stratégie politique de prise de pouvoir de Rachad et surtout ce qui est caché et sournois !

De fonctionnaire « diplomate » à pantin

  Larbi Zitout a été fonctionnaire à l’ambassade d’Algérie en Libye, il se déclare ex diplomate. En 1995, il a « fui » en Angleterre pour se considérer « réfugié politique ». Il est devenu plus tard citoyen britannique.

Selon la presse, il a été condamné à 20 années de prison ferme par contumace par le tribunal d’Oran en décembre 2019 pour trois chefs d’inculpation à savoir « l’intelligence avec une puissance étrangère, l’atteinte à l’autorité de l’armée, ainsi que l’insulte et la diffamation ». En mars 2021, il est aussi sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Il est également poursuivi dans une grave affaire pénale pour « gestion et financement d’un groupe terroriste ciblant la sécurité de l’Etat et l’unité nationale, faux et usage de faux et blanchiment d’argent dans le cadre d’une bande criminelle. »

En 2007, il fonde avec Abbas Aroua, Rachid Mesli et Mohamed Samraoui, le mouvement « Rachad » qui prône un changement radical et ‘‘non violent’’ du système politique algérien pour instaurer une ‘‘bonne gouvernance’’ (houkm errachid) en Algérie.

«Rachad» et «Al Karama» ne cessent d’appeler, par le biais de Zitout (depuis Londres), à la reprise du hirak sans autres considérations que de faire « tomber la ‘3issaba’ au pouvoir » afin de « libérer le peuple algérien de l’injustice des tyrans » qui ne respectent pas « les droits de l’homme et la liberté d’expression». Ses appels ont même été relayés, juste à l’approche du 22 février dernier, par le nouveau chef de l’Aqmi (l’ancien étant éliminé au Mali) qui a clamé de «parachever le Hirak afin de se débarrasser du pouvoir et d’instaurer la charia» et aussi, depuis les USA, par le fripouille et sanguinaire Anouar Haddam. Ce qu’a dit Sir Zitout à l’approche de cet anniversaire est assez suggestif pour les partisans de Rachad « Si ce hirak ne réussit pas il va se passer alors une chose terrible au pays ». On attend toujours cette « chose » !

C’est l’hurluberlu et le pantin de la mouvance islamiste. De son œil prismatique et de son regard vitreux, se dégage le mépris, la tromperie et la félonie.  De Londres, il est « tout yeux, tout ouïe, tout oreilles » sur l’Algérie pour médire et haranguer la jeunesse algérienne en les incitant au soulèvement, mais toujours sans résultat. C’est le ‘‘spécialiste’’ de la diffamation, de l’injure et de la calomnie envers les hauts responsables, dont les « giniralate » (généraux) par ses vidéos et les TV qui le sollicitent. Depuis son exil lointain, il entend mieux que quiconque ce qui se dit en Algérie dans les coulisses, à l’oreille et même au sein des familles ! Lui, passe son temps à fustiger et dénigrer le travail des autres (en Algérie) sans rien proposer d’utile et de novateur. Par ses maladresses, ses impérities et ses contradictions, il doit plus nuire à son « mouvement » qu’il ne le sert ! Il est le plus bavard, le plus creux, aussi le moins « diplomate » et le moins intelligent que ses amis de Rachad et Al Karama. Il a fait la promotion du livre de Rachad (en réponse à celui du Dr Bensaada) en présentant, sur sa vidéo, un paquet de feuille à ses rivaux, avec dédain, comme s’il était gagnant. « Le plus farouche orgueil naît surtout à l’occasion d’une impuissance » dit-on.

Contre le « nidham el askari » et pseudo-ralliement à la « cause kabyle »

Avec son artificieux cri de guerre « haya allah ahrar Tizi Ouzou ! », « haya allah ahrar Tizi Ouzou ! »  (Dieu bénisse les hommes libres de Tizi Ouzou), il pense, hypocritement, pouvoir les manipuler et les faire soulever, dans le cadre des hirak-bis, contre le « nidham el askari » (régime militaire) et ses « giniralate » (généraux). Il croit, avec Dhina, convaincre, perfidement, les kabyles qu’ils sont dans leurs droits et dans la légitimité de se soulever contre le « pouvoir » pour réclamer leurs « droits » bien fondés et que c’est bien ce « pouvoir » qui les persécute en cherchant le « séparatisme » de cette région ! Rien que ça ! Le monde sait que ce sont les islamistes de l’ex Fis, de Rachad et leurs « oulémas », qu’ils suivent à la lettre, qui sont les promoteurs de la disparition et de la dissolution de l’histoire, de la culture et de la langue kabyle et amazigh en général, en lieu et place exclusive de l’Arabe avec sa culture ; au nom de l’Islam ! La littérature de leurs « oulémas », en particulier Mohamed el Bachir el Ibrahimi et Abdellatif Ben Ali Soltani, leurs référents, va jusqu’à rendre illicite (haram) leur langue ainsi que l’adoption des prénoms historiques amazigh ! Ce pseudo-ralliement à la « cause kabyle » est bien circonstanciel et opportuniste, pour les besoins de leur véritable cause « suprême » islamo-khilafiste qui admet, dans ce cas, la tromperie et le mensonge ! Rachad est dans la même démarche et politique sournoise que les écervelés et canailles du Mak.

Les algériens connaissent bien les coupables de la décennie dite ‘noire’. De temps à autres, il n’oublie pas de réclamer la libération des assassins et des égorgeurs de son parti dissous, ses ‘amis’, qui moisissent en prison ! Son discours intéresse de moins en moins ses adeptes tout comme son extravagant projet de « Califat ».

 « oustad » Zitout agent multiple des ‘printanistes’ et activités illégales.

Il est de toutes les joutes pour contribuer à la dévastation des pays arabes par le subterfuge « printaniste » en vue d’un projet unioniste des Etats arabo-islamistes pour les intégrer dans le cadre d’un système de gouvernance éculé de « Califat ». Il s’est même permis, en privilégié (en VIP ?), un déplacement en Libye sous les ailes de l’Otan durant le « no-fly zone», tout comme le « philosophe » du mal Bernard-Henri Levy.

Zitout reste égal à lui-même, avec ses bravades, ses effronteries, ses frustrations et ses traîtrises, sachant qu’il a raté sa vie et perdu son pays. C’est un spécimen connu bien sûr en Algérie, mais aussi par certains services de renseignements étrangers, comme un agent multiple, depuis qu’il était fonctionnaire à l’ambassade d’Algérie en Libye dans les années 1990 à ce jour, au service d’agences libyennes, françaises, saoudiennes, qataris, turques et marocaines. Il s’adonne aussi à des activités liées au terrorisme et au blanchiment d’argent, avec son acolyte installé en Suisse nommé Fateh alias Ghani Mehdi, selon des informations venant de la police britannique. Tous deux membres de Rachad.

Observons quelques-unes de ses insanités :

Dans une vidéo, L. Zitout parle de la Syrie et de son régime qui bénéficie surtout de l’aide importante de la Russie. Il dit dans celle de 2012, que son mouvement (des frères musulmans) a « une stratégie bien plus importante qui vise le long terme ». En s’aidant d’une carte, il explique que la Russie reste encore influente dans toutes les républiques musulmanes ayant quitté l’ex URSS. Il poursuit en précisant que « quand les pays arabes seront libérés comme la Libye, l’Egypte en partie, la Tunisie et en espérant l’Algérie, l’Arabie Saoudite, les Emirat et la Syrie ; toutes seront indépendantes et par fraternité islamique, la Turquie les aidera ensuite, comme par le passé, pour libérer le reste de l’occupation russe ». En clair, sous la direction de la Turquie d’Erdogan et avec son aide, les pays arabo-musulmans iront faire la guerre à la Russie pour libérer les États musulmans encore sous la « domination » Russe… Une manœuvre, typiquement « qaidienne », liés aux intérêts américains, entrant dans la stratégie de guerre globale américaine de domination du Monde suivant les théories dites du « Heartland » (Europe centrale et orientale) et du «Rimland» avec priorité au second dans le contrôle géopolitique du monde par la domination des  terres côtières qui entourent l’Eurasie!

Aujourd’hui, « oustad » (professeur) Zitout, à contre-pieds de sa thèse « islamo-patriotique » accuse l’armée algérienne de « concocter des programmes de guerre contre les voisins pour faire tuer nos enfants » en se focalisant sur un article de la nouvelle Constitution autorisant l’ANP d’effectuer des opérations militaires en dehors des frontières algériennes, dissimulant la condition cardinale qui précise « contre les cibles ennemies menaçant la sécurité du pays ». Il le dit avec aplomb et forte impression insistant sur le fait que « l’ANP deviendrait une armée de mercenaires au service des intérêts français et américains » !

Amoral et pro-Makhzen

Il y a quelques mois, sans aucune conscience, aucune humanité, aucune morale, Zitout a osé se servir du décès d’un ancien Moudjahid de la révolution algérienne pour alimenter son « fonds de commerce » ‘‘rachidiste’’, au vu d’un incident disons mineur – provoqué par 3 ou 4 écervelés, anesthésiés par sa propagande, qui voulaient évincer un responsable de parti, venu assister aux obsèques, sans respect du défunt et de sa famille ! Le Dr Djilali Soufiane est bien plus patriote et humain – qui milite pour le bien de son pays en y résidant – que ce « oustad » de pacotilles depuis Londres qui bosse pour des services étrangers et son « Moutamar el oumma ». Suite à cet acte malsain notre Hakim Laâlam lui inflige, dans sa chronique du Soir d’Algérie, ce titre cinglant « le Halal et les cerbères des cimetières ! »

Tout récemment, suite à l’agression marocaine à Guerguerat (RASD), et en réponse à une question sur une chaine TV (marocaine), ‘oustad’ Zitout balance cette réponse favorable au Makhzen : « Tant que c’est un État des « giniralate » (généraux) rien ne se règlera. Quand il y aura un État civil alors tout se réglera y compris l’ouverture des frontières ».  …. On en ferait un livre sur sa traitrise, ses sournoiseries et ses sornettes !

Rachad, défenseur des « victimes », de la démocratie et les valeurs humanistes

Le monde sait que « Rachad » fait bien partie d’une organisation transnationale des « Frères musulmans » qui prône le Califat dans tous les pays musulmans. « Moutamar el Oumma » est une structure exécutive dont le siège est à Istanbul. Ses chefs activent depuis la Turquie. Rachad tente de tromper le monde que son mouvement est pour la « démocratie », pour les « libertés » et les « droits de l’homme » puisque ces valeurs sont, disent ses mentors, « intrinsèques à l’Islam », que c’est l’Armée algérienne qui est à l’origine des massacres en Algérie après le « coup d’état de 1992 ». Cette propagande est partagée par l’armée de cyber activistes militants mobilisés suivant ce que l’on nomme la « coalition du mensonge ».

Dans un article intitulé « Les cinq principes de la propagande de guerre, appliqués au discours de Rachad », le Dr Ahmed Bensaada dissèque remarquablement le discours de Rachad en l’analysant à l’aune des cinq principes de la « propagande de guerre » énoncés par le journaliste-essayiste Michel Collon : le premier principe « cacher les intérêts » a pour but de dissimuler les véritables objectifs. Rachad se cache derrière des slogans pacifistes et doucereux en complète contradiction avec son passé politico-religieux ! Le deuxième principe « cacher l’histoire » consiste à falsifier l’histoire récente avec un culot remarquable au nez et à la barbe des personnes qui l’ont vécu, encore vivantes, en s’évertuant à se présenter comme victime en chargeant l’Armée des assassinats ! Le troisième principe est celui de « diaboliser l’adversaire » en présentant le gouvernement, les militaires, les responsables comme le mal personnifié. Le quatrième principe, « défenseurs des victimes », est que Rachad se place toujours comme le « défenseur des opprimés. Le dernier principe est la propension de Rachad à « monopoliser et empêcher le débat » par son omniprésence sur les cyberespaces ou organes de presse qui soutiennent ses actions.

Par sa politique absurde et ségrégationniste, l’ex Fis a mené à une insurrection armée barbare, l’ayant anéanti à jamais ! « Rachad », par ses fondateurs, s’évertuent trente ans après, à le réhabiliter par le mensonge et la manipulation ainsi que par un jeu sournois d’alliance hypocrite, à la faveur du Hirak, avec des « démocrates » dans le but de le disculper, en imputant la responsabilité à l’Armée, afin de glaner des attachements aux valeurs humaines universelles dans l’espoir de gagner une position politique respectable.

De nombreuses vidéos sur le Net donnent, depuis des années, toutes les preuves écrites et visuelles incriminant ce mouvement Rachad dans sa politique, ses discours, ses relations cachées, ses accointances avec les milieux terroristes, ainsi que de son activisme zélé dans les « printemps arabes ».

Mais la roue de l’histoire a tourné sans répit, irréversiblement !

A.D

PARTAGER