A l’approche de l’expiration de l’accord gazier avec Alger: Le Maroc et son bluff de découvertes

A l'approche de l'expiration de l'accord gazier avec Alger: Le Maroc et son bluff de découvertes

En dépit du scandale de l’espionnage du logiciel israélien Pegasus, et les brouilles avec certaines capitales européennes comme Berlin et Madrid, la machine propagandiste du Makhzen ne semble point être affectée. Pour détourner l’opinion publique marocaine, le monarque Mohamed VI a joué la carte de la fibre sentimentale de la fraternité algéro-marocaine, mais sans résultat, puisque les causes de la fermeture des frontières terrestres entre l’Algérie et le Maroc, demeurent inchangées, à savoir que Rabat n’a pas encore présenté des excuses à l’Algérie, pour l’avoir accusé injustement des attentats terroristes de Marrakech.

Le regretté Hassan II a emboîté le pas à la France et ses alliés pour asphyxier l’Algérie, placée sous embargo non déclaré. Aujourd’hui, la situation est plus pire, car la prétendue main tendue vers Alger, ne colle nullement avec les actes de  la normalisation avec l’entité sioniste, la reprise des hostilités au Sahara Occidental, la campagne de dénigrement et de déstabilisation menée contre l’Algérie, illustrée par cette hostilité avérée et affichée d’Omar Hilale qui osera porter atteinte à l’unité et la souveraineté de l’Algérie, en soutenant le mouvement séparatiste et terroriste du MAK du maître-chanteur Ferhat M’henni.

Les mensonges économiques

Étranglé économiquement, le royaume tente d’impressionner Alger, en vue de contraindre et convaincre les autorités algériennes à reconduire l’accord d’approvisionnement le Maroc, via le gazoduc Maghreb, qui arrive à échéance le mois de novembre prochain. Un avis que partage l’expert algérien et analyste international Nouredine Leghliel, qui estimera sur les colonnes d’Algérie 54, que l’année dernière, Rabat s’est illustré par une surenchère machiavélique et sournoise à l’égard d’Alger, lorsque le prix du gaz était de 1,55 dollar / MBTU.

L’expert algérien en énergie et en bourse, établi en Suède, notera  que le Makhzen via sa machine propagandiste et ses larbins algériens, diffusaient des Fakenews, sur l’intention de l’Espagne de changer de partenaire en optant pour le gaz américain, ou le projet fictif de réalisation d’un gazoduc reliant le Nigeria à l’Espagne via le sol marocain.
Aujourd’hui, avec une hausse du prix du gaz, atteignant les 640%, passant de 1,55 dollars à 13 dollars, le régime marocain appréhende la non reconduction du contrat gazier avec l’Algérie, et joue la carte des Fakenews, en vue de persuader les algériens . Il y a quelques jours, les autorités marocaines via leurs canards propagandistes ont annoncé une réduction de la consommation énergétique de 36%, sui vie d’un grand mensonge sur le début d’exploitation d’un nouveau site forage situé dans le bassin d’Agadir, avec une capacité de deux milliards de barils de pétrole. Cela nous mène à cette fausse « exploitation » est l’œuvre d’une société britannique d’exploration de pétrole portant le nom de  Europa Oil & Gas, sachant que le chiffre d’affaires de cette fameuse entité est d’environ 250000 dollars, ce qui pue le mensonge et la Fakenews.

Sur le registre des mensonges du régime marocain, Nouredine Leghliel est catégorique, les manchettes de certains médias inféodés à la propagande du Makhzen, sont loin d’être des arguments économiques fiables et dignes d’être analysés ou prendre en considération.Pour Nouredine Leghliel, nos responsables  ne doivent nullement être impressionnés par les bluffs en provenance de ces sulfureux médias.
Les responsables algériens du secteur de l’Énergie, sont-t-il au courant de la gabegie marocaine pour ne pas être roulés dans la farine du mensonge du Makhzen ? Sont-t-ils armés pour mieux défendre les intérêts suprêmes de l’ Algérie, sans brader nos revenus au nom de la fictive fraternité algéro-marocaine chantée par Mohamed VI ?
Le PDG de Sonatrach  Tewfik Hakkar est-t-il bien informé des intentions réelles du Makhzen, car une précédente déclaration qu’il a faite laisse le doute sur cette question de renouvellement du contrat gazier avec le Maroc. « Même en cas de non renouvellement de ce contrat qui prend fin en octobre prochain, l’Algérie pourra fournir l’Espagne, mais également répondre à une éventuelle demande supplémentaire du marché espagnol sans aucun problème », avait dit le PDG de Sonatrach,, laissant entrevoir la possibilité de reconduction du contrat gazier avec le Maroc .

Aujourd’hui, la tendance haussière des prix du gaz, est au profit de l’Algérie et nos responsables doivent tenir compte de cet atout pour défendre les intérêts de l’Algérie, avant toute considération