Graphika & État profond US : “Soft Power et guerre de 4e génération contre l’Algérie” signalement par le Général Dominique Delawarde

[NDLR : Article publié avec l'aimable autorisation du Général Dominique DELAWARDE, que nous remercions. JLP]

Travail inlassable de l’État Profond US et de ses officines   pour façonner le monde à leur profit. 

« Lorsque j’étais à la CIA, nous avons menti, triché, volé : c’était comme si nous avions reçu une formation spéciale pour le faire » – 22 avril 2019.

Mike Pompéo, Secrétaire d’État US (2018-2021)

source : http://www.france-irak-actualite.com/2020/04/mike-pompeo-et-l-arme-du-mensonge.html

Le rapport de Graphika : Soft Power et guerre de 4e génération contre l’Algérie

Chaque jour qui passe apporte son lot d’informations sur le travail souterrain qui se développe aujourd’hui dans le monde et qui vise à le contrôler, voire à le dominer.

Chacun se souvient des lanceurs d’alerte les plus fameux qui ne dénonçaient pourtant qu’une part de ce travail occulte :

Snowden et les écoutes de la NSA, montrant que les USA utilisent tous les moyens pour connaître les petits secrets inavouables des chefs d’état ou de gouvernement des pays alliés et qu’ils s’en servent, évidemment, pour faire pression sur eux.

https://fr.sputniknews.com/international/201703091030385965-allemagne-usa-hackers-ingerence/

https://fr.sputniknews.com/international/202105311045674283-espionnage-etats-unis-soumission-europeens/

Julien Assange et Wikileaks qui ont mis sur la place publique un très grand nombre de documents classifiés tendant à démontrer la duplicité de la gouvernance US en politique étrangère.

Philippe de Villiers qui a porté à la connaissance de tous des documents US déclassifiés montrant la forte implication US dans la construction européenne, dans un livre enquête : « j’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu… ».

On se souvient encore des méthodes, dignes d’une « voyoucratie », utilisées par les USA contre ses propres alliés pour arriver à leurs fins :

Les zones d’ombre de l’affaire Alstom et Frédéric Pierucci, ex-cadre supérieur chez Alstom

On se souvient aussi de certaines affaires plus récentes qui ne sont pas sans liens avec l’État Profond ou les services de renseignement US :

– Celle de Jeffrey Epstein, grand organisateur de parties fines pour les puissants, mais surtout maître chanteur, travaillant pour un service de renseignement bien connu.

– Celle du scandale de Cambridge Analytica, la plus grande « usine » jamais imaginée au monde pour manipuler les élections sur la planète. L’analyse du CV de son fondateur Robert Mercer, milliardaire américain, et surtout la vidéo de l’émission TV britannique de « Channel 4 » qui a fait scandale en mars 2018, nous révèlent clairement quel est l’État qui est le meilleur complice des USA dans ses manœuvres souterraines.

Cambridge Analytica Uncovered: Secret filming reveals election tricks

source : https://www.youtube.com/watch?v=mpbeOCKZFfQ  (l’auditeur pressé ira à la minute 17)

L’affaire Pegasus, espionnage par le Maroc des numéros français, dont celui du Président, via l’outil israélien Pegasus.

https://fr.sputniknews.com/international/202107211045906857-affaire-pegasus-lentreprise-derriere-loutil-espion-beneficie-t-elle-dune-carte-blanche-du/

Aujourd’hui, un article d’investigation particulièrement pertinent et instructif nous est proposé par Ahmed Bensaada sous le titre : « Le rapport de Graphika : soft power et guerre de 4e génération contre l’Algérie. »

source: https://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=569:2021-08-23-01-45-11&catid=46:qprintemps-arabeq&Itemid=119

Le lecteur très pressé pourra aller directement à la conclusion où tout est résumé, et revenir ensuite à la démonstration très factuelle.

L’auteur, Ahmed Bensaada n’est pas n’importe qui. D’origine algérienne, il a émigré au Canada il y a plus de vingt ans après avoir tenu des postes importants dans son pays d’origine à l’université d’Oran.

Professeur émérite, docteur en physique, consultant scientifique et pédagogique, auteur de manuels scolaires et de nombreux articles et ouvrages. Ahmed Bensaada récolte les hommages, mentions, certificats et prix de toutes sortes dont le prix du premier ministre en 2006.

Bonne lecture,

                                      Dominique Delawarde*

 

*Le général Dominique Delawarde est ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique» à l’État major interarmées de planification opérationnelle

Général Dominique #DELAWARDE – #DELAWARDE

PS : Cet article d’investigation confirme et complète, en bien des points, mon analyse à chaud de mars 2019 repris par de très nombreux sites français et étrangers, dont celui-ci :

   Algérie : “Entre spontanéité et manip” par le général Dominique Delawarde

http://www.politique-actu.com/dossier/algerie-entre-spontaneite-manip-general-dominique-delawarde/1765602/