Les faux scoops qui nuisent à l’Algérie

Inquiétudes autour du déplacement des verts à Marrakech

 

Un média algérien connu pour sa course à l’audimat, s’est illustré ce samedi par la diffusion d’une fakenews qui ne servira nullement l’image des médias algériens et donnera l’opportunité au régime du Makhzen à nous attaquer et le pays aussi. Ce média a indiqué que la Fédération royale marocaine de football a interdit aux journalistes algériens de faire le déplacement vers le stade de Marrakech au Maroc, lieu de la rencontre opposant le pays hôte le Burkina Faso au pays visiteur l’Algérie, pour le compte de la seconde journée du Groupe A des éliminatoires de la coupe du Monde 2022 au Qatar, zone Afrique.

Pour les connaisseurs avertis, il s’agit tout simplement d’une fakenews, et un faux scoops qui discrédite l’Algérie, au lieu de la servir. L’Algérie par ses positions constantes et justes, a été tout le temps un État solvable et crédible. Pour en revenir à ce faux scoop, il faux préciser que la Fédération royale marocaine de football, n’est nullement l’organisatrice de cette rencontre, dans la mesure, où la fédération burkinabé de football, accompagnée de la FIFA, sont les organisateurs de cette joute, la première en tant que pays qui reçoit, même si le match se déroule au Maroc et la seconde, est l’instance internationale qui pilote la compétition. Le reste n’est que des mensonges. Pour la couverture de telles rencontres, la FIFA, est la seule habilitée à octroyer les accréditations nécessaires aux journalistes désireux couvrir la rencontre. Donc la fédération marocaine de football n’est  concernée ni de loin ni de près. Tout journaliste algérien disposant d’une accréditation de la FIFA pourra couvrir la joute, sans aucune contrainte. Dans le même cadre, il faut préciser que depuis le début de la pandémie, les journalistes algériens ne pourront nullement se déplacer dans le même avion avec les poulains de Djamel Belmadi. Autre argument qui dément cette fakenews, c’est que la Fédération burkinabé avait retenu le Maroc pour accueillir ses adversaires du groupe, dont l’Algérie, après que la FIFA ait refusé d’homologuer le stade de 4 août de Ouagadougou, fait de réunir les normes exigées et imposées par l’instance footballistique internationale.

Le Maroc, dans la liste rouge

Le sélectionneur national Djamel Belmadi, avait préféré se déplacer à Marrakech, 24 heures avant la tenue de la rencontre avec le Burkina Faso, pour éviter d’être “espionné” au sujet de la tactique à adopter avec l’adversaire et surtout ne pas faire des tests PCR au Maroc, mais en Algérie, pour éviter de mauvaises surprises quant à leurs résultats.

Sur ce registre, nos consœurs et nos confrères devront faire l’impasse sur ce déplacement dans la mesure où le Maroc est classé par l’OMS et certains pays comme les USA, le Royaume Uni et le Canada, dans la liste rouge à risque depuis le 29 août jusqu’au 29 septembre 2021, comme c’est le cas pour le Canada qui refuse même les tests PCR établis au Maroc et a suspendu les vols en provenance de ce pays (lire le lien: https://voyage.gc.ca/destinations/maroc?fbclid=IwAR0JxXvtUXomxHS2UfWWg-JiRnBA7lZfVxVsIpR8Gp4n2Hl6XPjpz7zCZH4)