Ali Daoudi explique les principales raisons de l’augmentation des prix alimentaires

Ali Daoudi explique les principales raisons de l'augmentation des prix alimentaires

Du Blé en passant par le maïs, les prix des produits alimentaires connaissent une hausse exponentielle depuis le début de l’année 2021, au plus haut depuis 2011, indique Ali Daoudi, enseignant et chercheur à l’école d’agronomie d’Alger, qui était mardi matin l’invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne.

Les raisons à ces hausses sont variées, estime ce dernier,  précisant que la première raison est l’augmentation de la demande suite à la reprise économique mondiale, stagné depuis le début de la crise sanitaire, notamment en Chine, en Europe et aux USA.

L’invité évoque comme deuxième facteur, l’inflation et l’augmentation des prix de l’énergie, qui est un élément de production très important. «Il y a aussi les conditions climatiques exceptionnelles connues sur la majorité des continents ont causé , une flambée des prix des céréales», ajoute t-il.

Le blé par exemple, pénalisé par les fortes sécheresses, a vu ses volumes récoltés chuter ce qui a provoqué une augmentation des prix.  « Le prix de la tonne a atteint le cours de 250 dollars durant les neuf premier mois de 2021, soit une hausse de 35% par rapport à l’année précédente », argumente t-il.

Cela va se repercuter sur le coup de revient des produits alimentaires sur le marché nationale, dit-il . c’est ce qui explique d’ailleurs, ajoute-t-il,  la flambée des prix des produits qui sont issues de la transformation de la matière première importée.

Selon lui les produits agricoles frais, produits localement, ne seront pas épargné par ces augmentions. « L’impact de la tendance haussière des prix des intrants de la matière première sur le marché mondial va les impacter aussi », explique t-il.

Au final, on va avoir donc une augmentation des coups de production des biens alimentaires transformés par l’industrie agroalimentaire et des produits agricoles produits par le secteur agricole, conclut-il.