L’Australie renonce à un contrat de 50 milliards de dollars avec Paris: Les américains doublent les français

L'Australie renonce à un contrat de 50 milliards de dollars avec Paris: Les américains doublent les français

Paris qualifie le renoncement d’estocade de la part de ses alliés américains et australiens . C’est un KO  pour Naval Group, après que l’Australie ait renoncé au  méga-projet franco-américain de sous-marins signé en 2016 pour acheter des sous-marins nucléaires américains.

C’était « le contrat du siècle » avec un programme évalué à 50 milliards de dollars australiens (en dollars constants) pour la fabrication de 12 sous-marins (Naval Group), équipés de leur système d’armes (Lockheed Martin), ainsi que pour la construction du chantier naval à Adélaïde par le groupe australien ASC, où devaient être construits les bâtiments de guerre. Soit actuellement un taux de change de plus de 32 milliards d’euros.

A travers ce renoncement, la France enregistre un retentissant échec, qui aura son impact sur le devenir de l’industrie française. L’Australie s’est bien moquée de la France, selon des observateurs, et ce malgré les assurances de  Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, et de Florence Parly, ministre des Armées. L’État français n’a rien vu venir. C’est un échec également pour les renseignements.