El Watan et son léger argument pour justifier la dérive médiatique

El Watan et son léger argument pour justifier la dérive médiatique

« Une erreur technique a fait disparaître le minaret »… c’est l’argument avancé par le quotidien »indépendant » El Watan pour justifier la violation de l’éthique , de la déontologie, le volet professionnel et aussi la sensibilité algérienne.
Connu pour être un média de provocation au nom de la liberté d’expression, comme c’était le cas des articles et caricatures publiés, il y a si peu de temps, destinés à s’attaquer ouvertement aux institutions de la république. El Watan a publié ce lundi un erratum faisant savoir, qu’il s’agissait d’une erreur technique, ce qui laisse à croire que le média qui a plus de trois décennies de présence sur la scène médiatique algérienne, manque de professionnels pour dénicher cette erreur.


Pour en revenir à la Une de ce lundi 20 septembre 2021, il faut bien relever, que toutes les données indiquent un comportement réfléchi et étudié, et concocté à des fins avérées, et inavouées. Nonobstant, la disparition du Minaret de la Grande Mosquée d’Alger de l’image illustrant la Une du canard, il est légitime de s’interroger sur le choix du titre de la Une, identique à celui diffusé par le média français hostile à l’Algérie, en l’occurrence TV5, à savoir » Abdelaziz Bouteflika: des funérailles à minima » et  » Algérie: funérailles minima pour Bouteflika » et qui ressemble par « coïncidence » à celui d’El Watan:  » des obsèques à minima » ( voir la photo). Pour rappel, cette Une d’El Watan a suscité l’indignation de beaucoup d’algériens, qui considèrent ce genre d’attitude comme agression vis à vis de l’identité algérien, servant les intérêts de l’ancien colon et son agenda. Les ministères de la Communication et des affaires religieuses n’ont pas tardé à dénoncer de telles provocations

PARTAGER