L’Algérie devait rompre ses relations avec le Maroc après les actes hostiles du Royaume

L'Algérie devait rompre ses relations avec le Maroc après les actes hostiles du Royaume

La rupture des relations avec le Maroc était une décision que l’Algérie devait prendre afin d’envoyer le « message approprié » au gouvernement du pays voisin après « des actes hostiles à la souveraineté et à l’unité de l’Algérie », a déclaré le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra à la chaîne CNN International.

« L’Algérie a été extraordinairement patiente face à tous les actes que le Maroc a commis contre sa souveraineté et son unité. C’est pour cela que nous pensons qu’une telle décision (la rupture des relations) a envoyé le message approprié au gouvernement du Maroc pour lui signifier que nous ne pouvions nous permettre d’accepter davantage le comportement de ce pays voisin », a indiqué le ministre des Affaires étrangères au cours de l’interview diffusée mardi.

Il a expliqué, en outre, que la décision de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc était « une manière civilisée de mettre un terme à une situation qui ne pouvait durer davantage sans causer de dommages et qui risquait de mener les deux pays vers une voie non souhaitable ».

M.Lamamra qui faisait allusion au soutien affiché par l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, en juillet dernier, à une prétendue volonté d’indépendance de la Kabylie a rappelé que l’Algérie avait demandé des explications aux autorités marocaines à ce sujet, mais qu’aucune explication n’avait été fournie.

« Le gouvernement algérien devait prendre une décision souveraine » , a-t-il ajouté estimant que  » dans une situation de ce genre, deux États ne pouvaient continuer à entretenir des relations diplomatiques ». Il s’agissait, dira-t-il, d’une situation « anormale qui devait cesser de toute façon ».

PARTAGER