Sous-marins  : la colère française accouche d’un retour de l’ambassadeur français à Washington

Sous-marins : la colère française accouche d'un retour de l'ambassadeur français à Washington

Très attendu, l’entretien téléphonique du président français Emmanuel Macron avec son homologue américain, Joe Biden s’est soldé par la décision de retour de l’ambassadeur français à Washington, la semaine prochaine, après avoir été rappelé pour consultations dans le sillage de l’annulation du contrat du siècle d’achat de sous-marins français par l’Australie, en contrepartie de promesse de Biden d’approfondir la concertation avec Paris, à l’occasion de son prochain périple en Europe, prévu le mois prochain.

Sur ce plan, il faut souligner que l’annulation par l’Australie d’une gigantesque commande de sous-marins français au profit des États-Unis a déclenché une crise diplomatique, la France dénonçant une « trahison » entre alliés.

La solidarité européenne s’effrite

Le front européen se lézarde avec les nouvelles sorties des responsables danois et autrichiens et qui viennent s’aligner sur la position américano-australienne.
Ainsi, la première ministre danoise Mette Frederiksen, connue pour être une responsable qui ne mâche pas ses mots. A partir de New York, où elle participe aux travaux de l’assemblée générale de l’ONU, la responsable danoise annonce qu’elle ne s’aligne pas sur la position française dans l’affaire des sous-marins. Même son de cloche du côté de Viennes.

Des annulations d’achat de Rafales, annoncées

L’annulation du contrat du siècle des sous-marins français par l’Australie, risque d’impacter d’autres contrats d’achat d’armes français par certains partenaires, au grand dam de l’industrie militaire française et le discours triomphaliste prôné par Emmanuel Macron, il y a quelques mois.

Selon certaines sources, Tokyo, Séoul, alliés stratégiques des USA, risquent d’emboîter le pas à Canberra en refusant l’achat de sous-marins français au profit de ceux des américains, dans le cadre des plans de l’Aukus visant à isoler la Chine, au niveau de la Mer de Chine Méridionale. Les pertes françaises ne se résumeront pas uniquement aux sous-marins mais aussi à la fierté de l’aviation militaire française Rafales, que les Suisses, tchèques et roumains, comptent annuler des contrats d’achat déjà prévus.