Fawzi Derar : « l’accalmie des contaminations de la Covid-19 est le meilleur moment pour la vaccination »

Fawzi Derar : « l’accalmie des contaminations de la Covid-19 est le meilleur moment pour la vaccination »

Lors de son intervention dimanche à l’émission l’Invité de la Rédaction de la Radio algérienne, Fawzi Derar, directeur général de l’Institut Pasteur, note des failles dans la campagne de vaccination et les débats qui l’entourent. « On s’est lancé dans des débats de types est-ce que l’on va vacciner les enfants, les femmes enceintes ? Alors qu’il s’agit d’un débat purement scientifique. Pour le commun d’entre nous, l’essentiel est de dire que les gens qui ne sont pas vaccinés, représentent un danger pour eux-mêmes et pour la société », déclare-t-il.

Revenant sur une question qui secoue l’opinion publique, notamment l’obligation vaccinale, Fawzi Derar affirme qu’il s’agit de l’une des mesures envisageables, mais qui nécessite la mobilisation de plusieurs instances. « Tous les moyens sont bons, mais il faut savoir que l’obligation vaccinale est un processus commun, qui nécessite l’adhésion de plusieurs secteurs et une prise de décision multidirectionnelle », argue-t-il.

Face à la réticence que présente un nombre important de la population vis-à-vis de la vaccination, notamment dans une tendance baissière des cas de contamination, le DG de l’Institut Pasteur note, contrairement aux idées relayées sur les réseaux sociaux, qu’il s’agit du meilleur moment pour se faire vacciner, vu le retard provoqué en cas de contamination.

Par ailleurs, le microbiologiste explique dans le même contexte les conséquences qui suivent la baisse des contaminations par deux facteurs : la réapparition des virus respiratoires, précédemment endigués par la Covid-19, et la perte de vitesse de ce dernier. « La conjugaison de ce phénomène avec la perte de vitesse (dominance virale) laisse penser que la pandémie est en train de se décliner progressivement », souligne-t-il, sans pour autant nier l’existence d’une quatrième vague.