La Loi relative au chahid et moudjahid nécessite une révision de dispositions liées à la mémoire

La Loi relative au chahid et moudjahid nécessite une révision de dispositions liées à la mémoire

La loi relative au chahid et moudjahid nécessite la révision de certaines dispositions liées au volet de la mémoire nationale, a indiqué jeudi à Oran le ministre des Moudjahidine et ayant droits, Laid Rebigua.

La mémoire nationale a besoin d’un support pour sa préservation à travers la révision de certaines dispositions contenues dans la Loi 07/99, pour que certains éléments susciteront l’intérêt voulu et nécessaire, a indiqué le ministre dans une déclaration de presse, en marge des travaux du premier colloque régional d’évaluation de l’activité du secteur des moudjahidine et ayant droits.

« Parmi les textes réglementaires soulevés figurent la révision de la loi relative à la célébration des journées et fêtes nationales et le texte spécifique au prix du 1er novembre », a-t-il souligné, annonçant l’installation officielle d’une commission qui œuvre dans ce cadre et que la plupart des textes sont prêts, seront programmés au niveau du secrétariat général du gouvernement et seront étudiés graduellement.

Commentant les dernières déclarations françaises, Rebigua a déclaré « nous, Algériens, respectons notre histoire et nous œuvrons à la mettre à la place qui lui sied. Il n’y aura aucun effet de ce genre de déclarations émanant d’ici et là ».

« Nous poursuivrons notre œuvre de consolidation et de préservation de la mémoire nationale et sa transmission aux générations montantes », a poursuivi le ministre.

En présidant l’ouverture du colloque au siège de l’Association nationale des grands invalides de la guerre de libération nationale, le ministre a affirmé en outre que « l’Algérie est forte par ses hommes et ses institutions au moment ou son édification se poursuit suivant une vision innovante, un esprit ambitieux, moderne et intelligent basé sur l’activation de nouvelles méthodes de gouvernance adoptant la transparence dans l’activité publique, l‘amélioration du service public et l’effort pour la croissance économique ».

Cette rencontre d’évaluation et d’orientation, à laquelle ont participé les directeurs des moudjahidine et ayants droit des wilayas de l’Ouest et du Sud-ouest du pays, intervient avec l’entame du plan d’action du Gouvernement visant à concrétiser le programme du président de la République, M Abdelmadjid Tebboune qui a pour objectif la construction d’une « Algérie nouvelle fière de son histoire, écrite par le sang de millions de braves chouhada ».

M. Rebigua a ajouté que cette rencontre fait suite à plusieurs rencontres au niveau central abordant les perspectives de renouvellement et de développement du secteur à travers de riches débats autour de toutes les approches.

« L’État a rassemblé toutes les conditions pour préserver la dignité des moudjahidine, des grands invalides de la guerre de libération nationale et ayant droits et nous redoublons d’efforts pour les accompagner psychologiquement et être à leurs côtés par des visites permanentes chez eux », a-t-il souligné, insistant sur « le suivi minutieux des préoccupations des moudjahidate, moudjahidine et ayant droits à l’échelle centrale et locale ».

Pour rappel, le ministre a assisté mercredi, à la première journée de sa visite de deux jours à Oran, à la cérémonie d’inhumation du cheikh de la zaouia Bouabdellia, le moudjahid Ayadh El Bouabdelli et a été l’invité de l’émission spécial « L’Algérie est une nation » diffusée par la station régionale de la Radio d’Oran.

Il a également rencontré des moudjahidine au siège du bureau de wilaya de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) et a rendu visite au moudjahid Abdelghani Okbi à son domicile.

M. Rebigua a aussi assisté jeudi à l’enterrement du moudjahid et ophtalmologue le professeur Hassan Lazreg et a inspecté le centre des soins relevant de l’Association nationale des grands invalides de la guerre de libération nationale.

PARTAGER