Lamamra plaide pour une diplomatie vigilante et proactive face aux campagnes hostiles systématiques contre l’Algérie

Lamamra plaide pour une diplomatie vigilante et proactive face aux campagnes hostiles systématiques contre l'Algérie

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a plaidé, samedi à Alger, pour une diplomatie « vigilante et proactive » face aux campagnes hostiles, dangereuses et systématiques, ciblant la sécurité nationale.

« Il est impératif d’assoir une diplomatie vigilante et proactive, une diplomatie qui soit capable de contenir les menaces qui exigent, aujourd’hui plus que jamais, l’intensification des efforts et le resserrement des rangs en vue d’immuniser le front interne et raffermir la cohésion nationale contre les tentatives d’intrusion, la fitna et la division », a affirmé M. Lamamra dans un message à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la diplomatie (8 octobre).

Il a ajouté, à ce propos, que « la sécurité nationale est intrinsèquement liée à la capacité de l’appareil diplomatique à anticiper les événements et à déceler les menaces extérieures » soulignant « le rôle capital et central de la diplomatie algérienne dans la stratégie de sécurité nationale, et ce, en veillant, aux côtés des services de sécurité, à la préservation de l’intégrité territoriale, de l’indépendance et de la souveraineté et de l’unité nationales ».

« Je tiens à encourager à davantage d’engagement et d’efficacité ce secteur vital qui n’a eu de cesse de défendre les intérêts de l’Algérie et de contrer, tel un rempart, les plans malveillants ourdis contre l’Algérie », a-t-il ajouté.

Le ministre des AE a rappelé, dans son message, les développements accélérés et les défis multiples que connait le monde aujourd’hui et qui requièrent de l’Algérie d’adapter son appareil diplomatique et de le renforcer en moyens et capacités nécessaires à la défense des intérêts de la patrie et des citoyens et à la concrétisation des objectifs tracés.

Pour le chef de la diplomatie, « il est tout a fait logique que l’activité diplomatique de notre pays soit axée au cours des années à venir sur la défense des intérêts de la nation, la contribution à l’instauration de la sécurité et de la stabilité régionales, au renforcement des liens avec l’Afrique et le Monde arabe et à la promotion du partenariat et de la paix dans le monde ».

« En tant qu’État pivot, l’Algérie œuvre à l’instauration de la paix, de la sécurité, de la sécurité et au renforcement de la coopération », a souligné M. Lamamra, rappelant que grâce à son approche innovante et audacieuse en matière de médiation, elle a pu résoudre de nombreuses crises dans les régions arabe et africaine et désamorcer plusieurs conflits dans le monde ».

Faisant observer que cette démarche sereine et efficiente a permis à la diplomatie algérienne d’être une référence en termes de promotion du dialogue et de négociation entre parties et un pays exportateur de paix et de stabilité au niveau régional et mondial, il a rappelé le rôle de l’Algérie dans la résolution du conflit frontalier entre l’Irak et l’Iran en 1975, de la crise de l’ambassade américain à Téhéran (Iran) en 1981 et du conflit armé entre l’Éthiopie et l’Érythrée en 2000.

Dans ce contexte, M. Lamamra a évoqué la contribution de l’Algérie pour ce qui est de la Libye « à travers les efforts qu’elle n’a eu de cesse de consentir pour le rétablissement de la paix et de la stabilité », affirmant qu’elle a soutenu le processus de dialogue national et apporté son appui à la création et à l’activation du mécanisme des États voisins de la Libye ».

« L’Algérie demeure attachée à l’intensification de la coordination et de la coopération pour faire aboutir le processus politique en cours dans ce pays frère où nous souhaitons que les prochaines élections permettent effectivement de tourner la page de la crise.

De même qu’elle reste disposée à poursuivre ses efforts de soutien à nos frères et à leur permettre de tirer parti de son expérience en matière de réconciliation nationale », a ajouté le chef de la diplomatie nationale.

M. Lamamra a, dans cadre, réaffirmé la solidarité constante de l’Algérie avec les peuples en lutte pour le recouvrement de leurs droits fondamentaux et leur autodétermination ainsi que son soutien inconditionnel au peuple palestinien, à sa juste cause et à son droit inaliénable à l’établissement de son État indépendant avec El-Qods pour capitale ».

« C’est mue par le même esprit que l’Algérie réitère son soutien indéfectible au peuple sahraoui dans sa lutte légitime pour l’autodétermination et l’indépendance », a-t-il encore affirmé.

Par ailleurs, il a souligné que les efforts de l’Algérie pour le règlement des différends et des conflits avaient donné lieu à l’Accord de paix et de réconciliation au conflit au Mali.

« A ce jour, notre pays s’emploie inlassablement à accompagner les frères pour atteindre tous les objectifs et principes de cet accord, et demeure engagé à poursuivre son rôle central à la tête de la commission de suivi de la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation » issu du processus d’Alger, a-t-il affirmé.

M. Lamamra a, par ailleurs, plaidé pour « l’établissement de passerelles de communication et de dialogue avec les enfants de la communauté algérienne à l’étranger pour qu’ils puissent jouer leur rôle « positif » dans l’édification nationale.

« Nos concitoyens établis à l’étranger ont fait montre d’un niveau élevé de conscience, d’un attachement résolu à leur patrie et d’une volonté sincère de contribuer avec leurs concitoyens aux efforts de relance du développement et de traitement des crises.

Le magnifique élan de solidarité de notre communauté pour aider leur pays face à la pandémie destructrice de Covid-19 en est une parfaite illustration », a soutenu M. Lamamra.

Le chef de la diplomatie a dit « attacher un intérêt particulier à la prise en charge optimale de toutes les préoccupations de notre communauté et à la protection de ses intérêts ».

« Nos centres diplomatiques et consulaires sont appelés, plus que jamais, à développer leurs méthodes de travail en matière de communication et d’interaction avec les enfants de la communauté et à moderniser la gestion consulaire afin de rapprocher l’administration consulaire des membres de notre communauté », a-t-il insisté.

Dans son message, M. Lamamra a aussi évoqué le rôle de la diplomatie économique qui « contribue aux efforts du développement national à travers l’encouragement des investissements et la promotion des exportations hors hydrocarbures », soulignant que « le programme du gouvernement mise sur des mécanismes créées au niveau du ministère des Affaires étrangères pour réaliser d’autres acquis à travers des partenariats stratégiques ouvrant à l’Algérie de nouveaux espaces ».

PARTAGER