Brahim Boughali: l’Algérie engagée à accompagner la Libye pour l’aider à sortir de la crise

Brahim Boughali: l'Algérie engagée à accompagner la Libye pour l'aider à sortir de la crise

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali, a reçu samedi le président du Parlement libyen,  Aguila Salah, auquel il a réaffirmé l’engagement de l’Algérie à accompagner la Libye pour l’aider à sortir de la crise, à travers une solution pacifique découlant du dialogue et de la réconciliation nationale, a indiqué un communiqué de l’APN. 

Lors de l’audience qui s’est déroulée au siège de l’APN, MM. Boughali et Aguila ont examiné l’état des relations parlementaires bilatérales et les perspectives de leur développement, en sus des récents développements de la situation en Libye, selon la même source.

A cette occasion, le président de l’APN a affirmé “l’Algérie est engagée à accompagner la Libye pour lui permettre de sortir de sa crise, selon une approche basée sur une solution pacifique découlant du dialogue et de la réconciliation nationale et à travers l’organisation d’élections à même de fonder une nouvelle ère dans une Libye stable et prospère”.

Selon le communiqué, M. Boughali a donné à M. Aguila Salah un aperçu de la chambre basse du Parlement et de la démarche du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour l’édification de la nouvelle Algérie.

Cette rencontre, poursuit la même source, a permis à M. Boughali d’aborder  les prochaines élections locales et les résultats positifs attendus en termes de progrès et de développement.

Pour sa part, le président du Parlement libyen a mis en avant les attentes de son pays quant au soutien de l’Algérie en cette conjoncture que traverse la Libye, précisant que “l’Algérie, eu égard à son influence et à sa place centrale, est capable d’apporter l’aide nécessaire au peuple libyen, vu ses positions honorables en faveur de la solution politique en Libye”.

“Les efforts de l’Algérie sont capables de promouvoir la réconciliation nationale entre les Libyens, au regard des bonnes relations qu’elle entretient avec toutes les parties”, a-t-il estimé, soulignant “la  nécessité d’élire un président pour la Libye pour sortir définitivement de la crise”.

PARTAGER