L’entourage de Moussa Darmanin réagit aux propos du Président Tebboune

L'entourage de Moussa Darmanin réagit aux propos du Président Tebboune

Qualifié d’auteur de mensonges par le président Algérien Abdelmadjid Tebboune,au sujet du chiffre avancé des expulsés,  le ministre français de l’Intérieur Gérard Moussa Darmain, a laissé le soin à son entourage pour réagir aux déclarations virulentes du Chef d’État Algérien.

Sous couvert d’anonymat, l’entourage de Gérald Moussa Darmanin, cité par l’AFP,,indique que 7300 obligations de quitter le territoire français OQTF, ont été signées. Le même entourage se trompe de chiffre en avançant un chiffre inférieur à celui annoncé par Darmanin à savoir 7760.

Il convient de rappeler, que les autorités algériennes avaient refusé le mois de novembre 2020 d’accueillir 40 sujets français considérés comme non-algériens figurant sur une liste établie par les services du ministère français de l’intérieur et évoqué par Moussa Darmanin à l’occasion fe sa visite à Alger en novembre dernier. Lors de son entrevue avec des représentants des médias algériens, le président Abdelmadjid Tebboune a coupé l’herbe sous les pieds de Moussa Darmanin, qualifiant ses propos de mensonges.

« Il n’y a jamais eu 7 000, c’est complètement faux. La liste qui nous est parvenue en 2020 et les trois listes en 2021 comptaient 94 cas parmi lesquels 21 ont été acceptés et 16 autres rejetés. Ils ne vont pas rentrer car ils sont liés au terrorisme. Ils sont venus de Syrie […] Il y a des binationaux qui n’ont pas de famille ici », avait ajouté Abdelmadjid Tebboune..
La réponse du président Algérien est clair et sans bavure, la France persiste dans sa politique de néocolonisation, en considérant l’Algérie, un État souverain, comme un département français, en expulsant les sujets dangereux comme elle a fait au temps de la colonisation avec les résistants à son occupation, les déportant vers la Nouvelle-Calédonie, la Réunion, la Martinique, ou Cayenne, ou bien les expulsant vers Madagascar.

Vigilance plus qu’exigée pour déjouer les plans de déstabilisation de la DGSE

Les Algériens sont appelés à redoubler de vigilance face aux tentatives de déstabilisation et de manipulation des services de renseignements français, et ses médias, par des individus et associations inféodés à la néocolonisation, bien briefés par représentations liées au Quai d’Orsay. Il est certain, que les médias français, relayés par certains médias algériens-antennes et satellites seront mobilisés pour une large propagande au sujet de l’immigration clandestine (harga), sollicitant au passage et délibérément les ONG , qui organiseront à leur tour, des opérations de sauvetage, dans les eaux internationales. Les officines françaises hostiles à l’Algérie seront réactivées, via leurs réseaux de spéculation, pour déclencher des tensions sur les produits alimentaires à forte consommation, en vue de provoquer la contestation sociale. Le président Tebboune en est conscient de cette arme de la Isaba, bien appliquée aux plans de la néocolonisation, en ordonnant la mise en application d’une nouvelle législation durcissant les pratiques de la spéculation et du monopole des produits alimentaires à forte consommation (comme l’huile, le sucre, la farine et la semoule) .Le président Tebboune en avait évoqué le plan de puiser les stock des produits alimentaires comme la semoule par El Isaba. Cette dernière alliée des plans concoctés dans l’autre rive de la Méditerranée, préparerait un mouvement de grève qui toucherait certains secteurs névralgiques pour paralyser le pays, pour les prochaines semaines, en brandissant l’argument de la faiblesse du pouvoir d’achat, dont elle est l’instigatrice. Averti, le président Tebboune avait invité les syndicats et partenaires sociaux à travailler avec les représentants de l’Exécutif pour trouver les solutions adéquates aux problèmes en suspens . L’invitation du président Tebboune est destinée à fermer la porte à certains syndicats dits autonomes et aventuriers de semer la confusion et le despoir dans les rangs de la classe ouvrière et la frange sociale vivant dans la précarité et la vulnérabilité, sachant que certains syndicats dits autonomes sont liés à des organisations de la NED, adepte de Regime Change et de l’exportation de la démocratie. A bon entendeur