Algérie-France: Après Macron et Darmanin, Castex vire à la radicalisation néocolonialiste

Algérie-France: Après Macron et Darmanin, Castex vire à la radicalisation néocolonialiste

Le Roi de France et Navarre, chute de son piédestal de souverain incontesté de la néocolonisation, il s’agit d’Emmanuel 1er, un nom qui lui a attribué l’auteur et chercheur algérien Ahmed Bensaada.

https://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=583:le-roi-macron-et-ses-bouffons&catid=46:qprintemps-arabeq&Itemid=119

La nouvelle Algérie qui se dessine et qui fait de son indépendance et souveraineté, des principes fondamentaux pour la pérennisation de l’État-nation fait trembler les bases-arrières du néocolonialisme ,qui semblent avoir épuisé leurs cartes de leurs larbins qui les ont infiltré à l’intérieur de l’échiquier, politico-économique, culturel, sportif, judiciaire, sécuritaire et médiatique, durant les dernières décennies en Algérie, en passant bien entendu de la société civile et ses autoproclamés ténors, et l’escalade préconisée de l’establishement néocolonial, en est une parfaite illustration des coups durs reçus par les nostalgiques du Paradis Perdu.

Après les dérapages récurrents d’Emmanuel 1er, de la DGSE, son ministre de l’Intérieur Moussa Darmanin, et les médias porte-paroles de l’organisation terroriste du MAK,voilà une autre sortie émanant de l’intérieur de Matignon et des bureaux du Premier Ministre Jean Castex, à savoir une note, révélée, par le journal français Le Point. La note en question, rédigée par un des conseillers de Jean Castex, indique que l’Algérie souffre véritablement d’un vide idéologique, provoqué par la fuite des cerveaux, et qui trouve son origine dans l’islamisation de l’université, selon la note de Matignon.

Le rédacteur de la note ira plus loin, en culpabilisant même la jeunesse binationale établie en France l’accusant de véhiculer l’islamisation de la société, un discours pour justifier la loi sur le séparatisme, initiée par son président, et qui n’a rien à envier aux venins des Eric Zemmour et Marine Le Pen.
Évoquer la fuite des cerveaux, c’est évoquer le rôle des officines françaises hostiles à l’Algérie, désireuses de priver l’Algérie de ses compétences, au profit de la France, qui réussira à travers ses réseaux de néocolonisés, à vider l’Algérie de sa matière grise, et son intelligentsia, dans le sillage de la décennie noire et de la période de la gouvernance d’El Isaba, soutenue par l’Establishment néocolonial.Par ailleurs, il est impératif de souligner, que la France  connaît aussi une fuite de cerveaux, dont les causes ne sont nullement le vide idéologique en Algérie ou la prétendue islamisation de sa société . (https://www.helloworkplace.fr/france-fuite-cerveaux/?fbclid=IwAR3mQyYnsqscFjbZ-aX4d8g6nvMIYl_z3Dg2TF3HU3EIE1UG0lWLErFofaU)

Le sursaut nationaliste algérien dérange les officines néocoloniales

Le sursaut nationaliste que vit le peuple Algérien, désireux de se débarrasser du joug de l’inquisition imposée par les années de la barbarie terroriste, d’El Isaba, et des larbins du néocolonialisme, a pris de vitesse la muraille et le sérail de la néocolonisation. Les attentes pour la reconduction d’un pouvoir acquis à la cause des plans du Palais de l’Elysée, de la DGSE, et du Quai d’Orsay, n’ont pas eu lieu face à la détermination des algériens à édifier un Etat national, à la hauteur des sacrifices des dignes fils de cette Algérie éternelle, qui réussira ces dernières semaines à secouer et ébranler « l’empire » néocolonial, d’où ces attaques systématiques contre l’Algérie, Nation et peuple.

Défendre et aimer l’Algérie est synonyme de haine et rente mémorielle, selon Emmanuel 1er, au même titre que la note de Matignon, et son locataire Jean Castex qui n’a pas encore digéré le double report de sa visite à Alger, par le gouvernement Algérien. En conclusion, la France n’a pas encore digéré que l’Algérie est un vis-à vis et ne sera aucunement une girouette comme elle est la France vis-à-vis des USA.