Macron et le 60ème anniversaire des crimes du 17 octobre: La montagne qui accouche d’une souris

Macron et le 60ème anniversaire des crimes du 17 octobre: La montagne qui accouche d'une souris

Largement condamné par les algériens, dans le sillage de ses propos tenus devant les fils des harkis, le président français Emmanuel Macron, joue l’équilibrisme hypocrite, en vue d’atténuer l’indignation du peuple Algérien,suscitée non seulement par ses déclarations mensongères, mais par son ministre de l’intérieur, la note de Matignon et les dérives de l’AFP.

A l’occasion du 60ème anniversaire des crimes de la police française sur la Seine, à Paris,perpétrés par la police dirigée par Maurice Papon, à l’encontre de manifestants civils venus porter leur soutien au FLN et revendiquant l’indépendance de l’Algérie, Emmanuel Macron s’est illustré ce samedi par une »promenade » sur les lieux du massacre des algériens, pour assister à une cérémonie tenue à Colombes, accompagné par certains responsables et historiens dont Benjamin Stora, pour rendre hommage, selon le communiqué de la présidence française, aux victimes de « la répression sanglante » d’une manifestation d’algériens le 17 octobre 1961. Des mots qui résument l’absence de courage politique d’évoquer des crimes contre l’humanité.

Le communiqué de l’Élysée tente de donner plus de crédit à son locataire, en soulignant que c’est « la première fois dans l’histoire de la France,qu’un président de la République française  participé à une cérémonie en mémoire des victimes de la répression sanglante qui a eu lieu à Paris il y a 60 ans ». C’est de la poudre aux yeux accompagnée par des selfies et tapages médiatique, comme l’indique le communiqué de la présidence française

Les historiens français qui s’attendaient à une reconnaissance des assassinats de ce 17 octobre,comme  crimes d’État,se consolent et se contentent en fin de compte, par une reconnaissance des faits. Emmanuel Macron récidive sur la question de mémoire, envoyant même ses fidèles défenseurs sur la question à leur faim; sachant que les algériens sont convaincus que le peuple qui a consenti d’importants sacrifices, n’attendent rien d’Emmanuel 1er, sait pertinemment écrire son histoire, honorer ses héros et bien célébrer sa victoire contre le colonialisme, et le néocolonialisme. L’establishment  français continue sa politique de guerre contre l’Algérie et son peuple. Rendre un vibrant hommage avec tous les honneurs officiels, l’enseignant Samuel Paty, par la nébuleuse terroriste, dont la France finançait et soutenait les activités au Sahel, Syrie et Libye, le jour même de la commémoration du 60ème anniversaire des dizaines d’algériens jetés dans la Seine, est révélateur sur la « bonne foi » de Macron.

Lire( https://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=460:quelle-page-voulez-vous-tourner-m-macron-&catid=48:orientoccident&Itemid=120)