Après Macron, Darmanin et Castex: Le parlement français se donne le droit de s’ingérer dans les affaires algériennes

Après Macron, Darmanin et Castex: Le parlement français se donne le droit de s'ingérer dans les affaires algériennes

Ce vendredi 15 octobre 2021, le parlement français a organisé une « journée d’échanges et de communication » sur la situation politique en Algérie, suite à une demande du parti communiste français PCF.

Un parti qui enterra au passage le combat de son ancien Secrétaire Général Georges Marchais, pour se jeter dans les bras de la néocolonisation, en épousant les thèses atlantistes d’ingérence étrangère au nom de l’exportation de la démocratie et de la doctrine du Regime Change à l’opposé des principes de la création de ce parti de la gauche française connu dans le passé par sa lutte contre l’impérialisme. A l’instar des mises en scène ubuesques du parlement européen, le parlement français invitera l’avocat Salah Dabbouz, connu pour être proche du mouvement séparatiste des mozabites MAM, et fidèle serviteur de l’OTAN et de l’ingérence militaire dans les pays qui refusent le diktat impérialo-sioniste, et Rachid Maalaoui du SNAPAP, l’éternel syndicat sans avoir travaillé et fidèle larbi du CIPE qui englobe( la Chambre de commerce des États-Unis) et l’American Center for International Labor Solidarity (ACILS , Centrale syndicale AFL-CIO), mieux connu comme le Solidarity Center )( lire https://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=475:2019-04-04-22-50-13&catid=46:qprintemps-arabeq&Itemid=119), en plus du fils de Maurice Audin, qui aurait dû plaider la criminalisation des crimes de l’État français, à l’occasion du 60ème anniversaire de la commémoration du 17 octobre 1961. Pierre Audin plaide en ce vendredi dans un parlement qui a voté une loi glorifiant la colonisation que son père a combattu.

En conclusion, l’assemblée française qui s’inscrit dans la stratégie de la France néocoloniale dont les dirigeants actuels ont viré vers l’extrême droite devrait s’occuper de la situation des droits de l’homme en France, où les manifestants sont réprimés pour avoir refusé la dictature sanitaire, imposée par les lobbys de la pharma, et de la situation de la précarité des français affectés par la crise économique. Cette même assemblée française devrait se taire à jamais pour avoir voté une loi sur le séparatisme, éliminant les droits d’une grande communauté en France à savoir la communauté musulmane.