L’Algérie accorde une « attention particulière » à la concrétisation du gazoduc transsaharien

L'Algérie accorde une "attention particulière" à la concrétisation du gazoduc transsaharien

Le ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, a pris part, lundi par visioconférence, à la réunion de haut niveau de la Commission Africaine de l’Énergie (AFREC) au cours de laquelle il a souligné l' »attention particulière » accordée par l’Algérie à la concrétisation du projet de gazoduc transsaharien (TSGP) reliant le gaz naturel nigérian à l’Europe via le réseau de gazoduc algérien.

Lors de cette réunion placée sous le thème « le gaz naturel dans le paysage énergétique africain », M. Arkab a mis en avant la disposition de l’Algérie à mettre à profit sa présence au sein des organisations et institutions internationales et régionales pour proposer des axes de coopération avec ses partenaires africains dans le domaine gazier, a indiqué un communiqué du ministère.

A cette occasion, le ministre de l’Énergie a déclaré que « l’Algérie accorde une attention particulière à la concrétisation du projet de gazoduc transsaharien (TSGP), reliant le gaz naturel nigérian à l’Europe via le réseau de gazoduc algérien ».

Selon M. Arkab, ce projet de gazoduc devrait permettra « le renforcement des relations de l’Algérie avec le Nigeria et le Niger » et que ces pays « bénéficieront des avantages sociaux et économiques résultant de ce projet », a précisé la même source.

Dans ce contexte, M. Arkab a souligné également que l’Algérie est disposée à « répondre aux préoccupations de ses partenaires africains dans le sens de la sécurité de leurs approvisionnements et la garantie de nos intérêts économiques et industriels ».

A ce propos, il a esquissé « le poids important de l’industrie d’hydrocarbures dans l’économie nationale, ainsi que le potentiel en termes de ressources et les progrès réalisés pour doter l’Algérie d’une industrie pétrolière et gazière moderne et performante, non seulement pour répondre aux besoins du développement économique et social du pays, mais aussi pour consolider son rôle sur la scène énergétique mondiale, comme fournisseur sûre et fiable ».

M.Arkab a rappelé aussi l’effort déployés par l’Algérie sur toute la chaîne de l’activité hydrocarbures en amont en aval, en intensifiant la transformation pour répondre aux besoins croissants du marché domestique et tirer profit de la valeur ajoutée issue de cette activité.

Il a également fait part des efforts déployés par les pouvoirs publics, permettant le raccordement de plus de 62% des foyers algériens en gaz naturel, avec 6,5 millions de clients, et une quasi-électrification des foyers algériens (99%) avec plus de 10.5 millions de clients en électricité, pour une population actuelle de 43 millions ».

M.Arkab a évoqué, en outre, les grands projets structurants d’intérêt national et régional initiés, dont les gazoducs reliant l’Algérie à l’Europe et autres complexes de liquéfaction, lui permettant de remplir ses obligations envers ses clients et de jouir à travers le GNL d’une flexibilité sur les marchés gaziers régionaux.

Tout en rappelant l’importance stratégique du gaz naturel, de par son caractère résilient, propre et durable, il a assuré que le gaz naturel permet d’accompagner le processus de transition énergétique et d’accélérer l’atteinte du 7ème Objectif du développement durable (ODD), notamment dans les pays à fort potentiel gazier.

M Arkab a réitéré à l’issue de son allocution le soutien de l’Algérie à l’AFREC dont le siège est à Alger, pour le renforcement de la coopération inter-Afrique et à la concrétisation de ses objectifs et ceux de l’agenda 2063