Benali Saci auteur de l’ouvrage « Le Hirak et ses armes silencieuses » se confie à Algérie54

Benali Saci auteur de l'ouvrage "Le Hirak et ses armes silencieuses" se confie à Algérie54

Le Hirak a été une source d’inspiration et d’étude pour de nombreux auteurs et chercheurs algériens, qui ont tenté de lever le voile sur les raisons exogènes et endogènes d’un mouvement appelé Hirak béni,,le 22 février 2019, ayant permis de faire barrage à un cinquième mandat.

Un Hirak qui sera détourné de sa voie par certaines voix qui persistent dans le concept de l’intronisation,exposant le pays aux aventures de l’inconnu,rejointes par les promoteurs des agendas néocolonialistes, visant le démantèlement de l’État-nation. Parmi les auteurs algériens qui a tenté de répondre objectivement aux questions du Hirak,dans tous ses aspects;le Docteur Benali Saci, diplômé de l’École Nationale d’Administration, titulaire d’un doctorat en science politique et auteur de deux essais sur la géopolitique.
Benali Saci a bien voulu répondre aux questions d’Algérie54.

Algérie54: La librairie algérienne vient de s’enrichir avec la parution de votre essai intitulé »Le Hirak et les armes silencieuses.  Pourrions-nous en dire plus sur le contenu ?

Benali Saci:Avant de présenter l’essai, je précise que le Hirak algérien est inédit et c’est un cas d’école incomparable.

Pour comprendre le Hirak dans son ensemble, j’ai fait appel à des disciplines et des stratégies pour conclure que chaque Algérien est un anneau du Hirak originel et ce dernier est la propriété de tous les Algériens.

Cet essai traite le Hirak successivement dans cinq chapitres qui se présentent comme suit :

  1. 1. Le premier traite des méthodes, des techniques et moyens les plus sournois, appelés armes silencieuses, pour renverser des régimes sans effusion de sang. Ces armes efficaces ne sont autres que les medias off-shore dont une partie est financée le Canal France international et le NDI, deux officines dont les fonds proviennent respectivement de l’Élysée et de la Maison Blanche ; les réseaux sociaux où des trolls, des mercenaires 2.0, des doriotistes et des crypto-indigences louent leurs services aux pays comme le Maroc, la France ou Israël ; des services de Renseignement étrangers et d’autres pays; des méthodes de la non-violence de Gene Sharp et des ONG Otpor et Canvas et de la stratégie de manipulation des masses de Noam Chomsky.

En général, il s’agit pour les surfeurs sur la vague Hirak et pseudo-démocrates – opportunistes, négativistes et oppositionnistes – de faire valoir la fabrique du consentement pour saboter le caractère pacifique des marches populaires et de créer les conditions favorisant une intervention étrangère.

  1. 2. Le deuxième étudie et analyse via la Sémiologie les slogans qui ont été scandés lors du Hirak. La sémiologie, une discipline qui étudie des signes verbaux et non verbaux, est un outil d’aide et d’analyse pour distinguer les slogans jalousement prononcées comme Silmiya-Silmiya, des oripeaux flatteurs et trompeurs des néo-hirakistes et pseudo-démocrates surfeurs qui entendent imposer une période transitoire, et des slogans provocateurs des entristes de l’alliance rachado-makiste, comme Ishtibak Silmi, Moukhabarat irhabiya, taskout al mafia al askaria.

Elle étudie aussi et donne une signification aux signes de la communication comme les gestes, les tifos, l’emblème, les chants comme l’hymne national, les images, les interventions dans les medias, le contenu des réseaux sociaux, les discours des pseudo-démocrates et surfeurs sur la vague du Hirak, etc.

  1. 3. Le troisième porte sur l’application de la Triangulation dans le domaine politique. Cette discipline, qui touche aux domaines de la géodésie, la trigonométrie, la cartographie et la géolocalisation par satellite (GPS), a été théorisée par Dick Morris, Conseiller de Bill Clinton, pour moderniser la politique. Il s’agit d’une stratégie qui a permis aux présidents Bill Clinton de remporter son deuxième mandat le 05 novembre 1996 et Emanuel Macron d’accéder la magistrature suprême de son pays en 2017.

Concernant le Hirak, la triangulation, qui est aussi une arme silencieuse, traite des jeux et des manœuvres triangulaires des medias, des néo-hirakistes, des pseudo-démocrates, des leaders autoproclamés et des parties étrangères qui essayent de travestir les réalités et d’envenimer la situation.

L’objectif final de cette triangulation c’est de créer une situation d’incertitude pour qu’un groupe de personne se présenter comme seule alternative afin de diriger le pays par un machin appelé période transitoire, sans consultation de la population.

  1. 4. Le quatrième traite de la dérive Hirak ou le néo-hirakisme. Si pour certains la triangulation est un jeu politique, d’autres triangulaient pour radicaliser le Hirak.

Des tentatives en vue de créer des troubles ont été enregistrées dès le début, mais la prise de conscience des Hirakistes intègres et des Services d’ordre a avorté toute dérive, sous le slogan Silmya-Silmya.

Heureusement que la dérive n’est le produit que d’un groupe de personnes en manque d’arguments qui navigue mentalement et physiquement ailleurs, mais qui surexcite la foule pour radicaliser et souiller le Hirak.

Ce groupe d’individus qui s’initient au doriotisme et au menardisme sert de relais de la désinformation et de la subversion dans toutes ses formes.

Parfois néo-indigènes et parfois crypto-indigènes, ils ne ratent aucune occasion pour appeler le vieux continent, et principalement la France, à exercer de pressions sur l’Algérie et s’ingérer dans les affaires internes de notre pays.

Ces néo-indigènes auraient plus de légitimité s’ils commençaient à donner des leçons de démocratie aux pays qui les soutiennent comme la France, le Makhzen ou à Israël.

  1. 5. Et enfin, le cinquième porte sur la Démocratisation de la Démocratie. Il s’agit de remettre en cause la Démocratisation Représentative en tant que régime politique favorisant la priorisation de la Shkara et la constitution d’une oligarchie politico-mafieuse. En d’autres termes, l’instauration d’une

Pour mettre fin à cette démocratie factice, seule la Démocratie Participative, au sein de laquelle serait impliquée la société civile, pourrait annihiler toute action visant la constitution d’une mafia politico-financière et l’octroi de privilèges à une composante qui tient au système des quotas.

C’est dans cette logique que la loi organique relative au régime électoral a été adoptée le 10 mars 2021.

Algérie54:Pourquoi avez- vous choisi cette conjoncture, pour éditer un ouvrage sur un mouvement populaire dont le devenir est sujet à polémique?

Benali Saci:Le Hirak originel est inébranlable et personne ne peut l’accuser de complot contre l’Algérie ou de complicité avec des puissances étrangères. Au contraire, c’est ce Hirak inédit du sourire et de la joie qui a été a l’origine du départ de la Kleptocratie.

Le choix de cette conjoncture n’est pas fortuit. Des individus autoproclamés leaders se sont distingués par leur silence et leur réaction superficielle quand l’Algérie traversait une situation particulière et est agressée continuellement par des ennemis séculaires. Ce comportement a été enregistré au moment où :

– les Algériens faisaient face à la pandémie de la Covid-19 avec son impact multiple. Au contraire, ils continuaient leurs balivernes et critiques contre les autorités actuelles, sachant que la 3issaba a été derrière la déstructuration du système sanitaire,

– le Makhzen soutient le mouvement terroriste, le Mak, et accueille sur son territoire des doriotistes (traitres),

– la France et ses medias mènent une campagne contre l’Algérie,

– les feux de forets ont fait ravage et dont certains n’ont réagi que tardivement ou timidement en s’attaquant aux autorités actuelles,

– la population a unanimement condamné les pyromanes et les assassins de Djamel Bensmaïl (Que Dieu ait son Ame).

La réponse tardive des uns et le silence des autres ont été considérés par une grande partie des Hirakistes en particulier et de la population en général, comme étant une tromperie par rapport aux discours des autoproclamés prononcés au début du Hirak.

Algérie54: Les algériens sont quasiment unanimes que l’authentique Hirak du 22 février 2019, venu s’opposer à un cinquième mandat de l’ancien président Bouteflika, a été détourné par des tentatives de récupération par d’organisations aux desseins bien avérés?

Benali Saci:Certaines personnes partisanes ou indépendantes voulaient récupérer le Hirak au début pour en faire une manivelle et la faire tourner comme ils l’entendent. Fort heureusement que les Hirakistes jaloux de leur Algérie ont compris le jeu périlleux de ces individus.

Ces surfeurs, qui travaillent des agendas de leur parrain, n’ont d’autres objectifs que d’affaiblir l’Algérie pour la disloquer après.

Si le Hirak originel a contré les desseins de la 3issaba, il a cette fois-ci chamboulé les desseins des néo-hirakistes internes et off-shore.

 Algérie54:Cette récupération est marquée par une volonté délibérée d’ingérence étrangère menée par des milieux colonialistes, connus pour leur hostilité à l’Algérie.

Benali Saci:Cette récupération n’est pas innocente. Certains sont connus pour avoir des liens avec des pays étrangers et des officines qui les financent et manipulent. Ces néo-hirakistes s’emploient pour préparer le terrain à une ingérence, en appelant à travers des slogans à la radicalisation du Hirak. Parmi ces slogans, on trouve :

– Ishtibak Silmi, contact pacifique avec les forces de police. En d’autres termes la provocation des forces de l’ordre.

– Dawla Madaniya Machi Askirya, idée lancé en 2003 par Saadani, l’ex secrétaire général du parti FLN, qui a trouvé refuge en France puis au Maroc. Donc c’est une idée de la 3issaba et non pas des Hirakistes. Ce slogan semble plaire aux pseudo-démocrates et autoproclamés leaders ou grandes figures du Hirak comme les désigne la presse occidentale et particulièrement française. L’objectif final c’est de prendre le relais de la 3issaba pour diriger l’Algérie à travers un machin qu’ils appellent période transitoire sans fin et dont la finalité est de disloquer Notre Grand Pays.

– Moukhabarat irhabiya, taskout al mafia al 3askaria, slogan lancé par l’alliance terroriste rachado-makiste, encouragé par certaines figures et relayé par une certaine presse occidentale. Affaiblir l’institution militaire et les services de sécurité et de renseignement, c’est rendre l’Algérie à la merci de tout le monde et en premier la France et le Maroc.

Pour conclure, l’avantage du Hirak originel c’est de mettre à nu des choses bien cachées dans les têtes de certains individus.

Entretien réalisé par M.Mehdi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARTAGER