Face à une imminente explosion sociale: Le Makhzen instaure la dictature sanitaire

Face à une imminente explosion sociale: Le Makhzen instaure la dictature sanitaire

Convaincu d’une explosion sociale imminente, synonyme d’une chute certaine de son régime, le Makhzen impose aux marocains le pass vaccinal, épousant la doctrine de la dictature sanitaire, rejetée par les citoyens de beaucoup de pays au monde, la considérant comme une flagrante atteinte aux libertés individuelles et collectives. A peine installé, le nouveau gouvernement marocain dirigé, par l’oligarque proche de Mohamed VI, Aziz Akhannouch, instaure le 21 octobre un pass vaccinal obligatoire pour accéder aux espaces publics.

Annoncé trois jours avant son entrée en vigueur, le pass ne prend pas en compte les tests négatifs et les certificats de rétablissement. Le gouvernement marocain a pris la population de court en annonçant le 18 octobre la mise en place d’un pass vaccinal obligatoire pour accéder aux bâtiments publics, aux commerces, mais aussi aux hôtels-restaurants, salles de sport et hammams. Celui-ci est entré en vigueur trois petits jours plus tard, le 21 octobre, et conditionne également l’accès aux aéroports et la possibilité de se déplacer entre les préfectures et les provinces. Les salariés non-vaccinés des entreprises concernées ne peuvent par ailleurs plus travailler tant qu’ils n’ont pas reçu au moins une injection. Cette mesure provoque déjà l’ire des marocains qui ont pris d’assaut es centres de vaccination.

Comment peut-t-on interpréter une telle mesure, où ses dirigeants se vantaient il y a si peu de temps, être le premier pays au Maghreb ayant réussi à avoir vacciné une grande partie de sa population, avançant même le chiffre de 57% des plus de 12ans entièrement vaccinés.Pour beaucoup de marocains,il s’agit d’une décision politique destinée à limiter les déplacements des personnes, dans un contexte socioéconomique marqué par une crise profonde, en vue  de mieux cerner une imminente explosion sociale, liée à la détérioration des conditions de vie des citoyens, et la politique du pourrissement initiée par le régime avec ses voisins algérien, espagnol, mauritanien, la reprise des hostilités militaires avec le Front Polisario et la normalisation des relations avec l’entité sioniste contre la volonté du peuple marocain, via un tweet trompeur sans assise juridique, comme le révèle la décision du Congresse américain de s’opposer à l’affectation d’un budget pour l’ouverture d’un consulat américain dans les territoires sahraouis occupés.

D’ailleurs, il est incompréhensible, de  voir le nouveau gouvernement marocain, instaurer le pass vaccinal, au moment où lla situation sanitaire au  royaume est marquée par une baisse de la courbe des contaminations et des décès  sachant que 21 millions de Marocains ont déjà reçu deux doses de vaccin.