Belmahdi appelle à faire prévaloir l’intérêt suprême du pays loin des facteurs de discorde

Belmahdi appelle à faire prévaloir l'intérêt suprême du pays loin des facteurs de discorde

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmahdi, a souligné, mardi à Alger, l’impératif de faire prévaloir l’intérêt suprême du pays et de le faire primer sur les calculs personnels étroits, tout en s’écartant des facteurs qui fragilisent les fondements de la citoyenneté et sont à l’origine de la discorde et des conflits inter-citoyens.

Lors de la cérémonie de coup d’envoi des travaux de la 23ème semaine nationale du Coran qui comprend un colloque scientifique placé sous le slogan « L’amour de la patrie… la dimension morale et l’engagement national », M. Belmahdi a insisté sur l’impératif de « faire prévaloir l’intérêt suprême du pays et de le faire primer sur les calculs personnels étroits en s’écartant des facteurs qui fragilisent les fondements de la citoyenneté et sont à l’origine de la discorde et des conflits entre citoyens ».

Pour le ministre, le choix du thème de l’amour de la patrie en tant qu’axe principal de ce colloque « est dicté par la conjoncture actuelle », soulignant que « l’Algérie, exposée aujourd’hui à une cyberguerre systématique, a besoin de la conjugaison des efforts de tout un chacun, à savoir les institutions de l’État, la société civile et tous les citoyens en vue de faire face aux défis qui se posent ».

Après avoir évoqué le rôle assigné à la mosquée en vue de participer à la défense de la patrie à l’instar des sacrifices des générations précédentes durant la Révolution de libération, le ministre a souligné l’impératif « pour tous de généraliser le discours unifié et rassembleur dans l’objectif d’être dans le même rang et au service de l’Algérie ».

Saluant la décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a institué une journée nationale de l’imam le 15 septembre de chaque année, le ministre a indiqué que « cette journée concrétise la place de l’imam dans la société et met en exergue son rôle ancré dans l’histoire de l’Algérie et dans l’unification des enfants du peuple ».

Concernant la semaine nationale du Saint Coran, le ministre a affirmé qu’elle « constitue une occasion aux récitants et exégètes du coran qui se sont consacrés au service du Saint Coran », saluant « le rôle des écoles coraniques et des zaouïas dans ce domaine ».

La manifestation de la semaine nationale du Saint Coran prévoit un concours national de récitation du Coran, l’exégèse et le récital, ainsi qu’un colloque scientifique comportant des assises consacrées aux notions clés, à l’unité nationale et aux questions nationales.

Au programme 14 conférences seront animées par des enseignants universitaires, des cadres, des chercheurs et des imams avec l’ouverture d’ateliers de débat avant de formuler les recommandations à la fin de cette édition.

Les lauréats de ce concours seront distingués et qualifiés pour le Prix international d’Alger du Coran s’il aura lieu au mois de Ramadhan, a tenu à souligner le ministre, qui a indiqué en marge de l’ouverture officielle de cette semaine que « l’organisation ou non du Prix demeure tributaire des évolutions de la situation pandémique due au COVID-19 ».