7ème session du comité bilatéral frontalier algéro-nigérien: 3 accords de partenariat signés et des recommandations

7ème session du comité bilatéral frontalier algéro-nigérien: 3 accords de partenariat signés et des recommandations

Les travaux de la 7ème session du comité bilatéral frontalier algéro-nigérien ont pris fin, mardi à Alger, avec la signature de trois accords de partenariat visant à concrétiser la volonté des deux pays d’aller de l’avant dans le cadre d’une coopération bilatérale bénéfique pour leurs citoyens.

Il s’agit d’un projet d’accord en matière de sécurité, d’un projet de jumelage entre l’école de police de Tamanrasset et celle d’Agadez, et d’un projet d’accord de coopération décentralisée entre la wilaya d’In Guezzam et la région d’Agadez.

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence du ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud et de son homologue nigérien, Alkache Alhada.

Lors de la première journée des travaux, lundi, deux groupes de travail ont été installés: le premier, chargé des affaires sécuritaires, a examiné les voies et moyens d’intensifier les efforts et la coordination pour la sécurisation des  zones frontalières, la lutte contre la migration clandestine, et la criminalité sous toutes ses formes.

Le second groupe de travail, chargé du domaine du développement, a débattu des perspectives de relance de l’activité économique sur la bande frontalière et d’élargir les domaines de coopération.

Le comité bilatéral frontalier algéro-nigérien a été crée afin de renforcer la coopération au niveau de la zone frontalière commune à travers la promotion des échanges dans le domaine de la coopération sécuritaire au niveau des frontières, la circulation des personnes et des biens, ainsi que la coopération économique dans toutes ses dimensions, notamment dans le domaine du développement durable et de la coopération sociale et culturelle.

Recommandations

Les travaux de la 7ème session du Comité mixte frontalier algéro-nigérien ont été couronnés, mardi à Alger, par une série de recommandations à même de renforcer la coopération et la coordination entre les deux pays dans divers domaines.

Ces recommandations, lues par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, lors de la séance de clôture de la session, en présence de son homologue nigérien, Alkache Alhada, consistent en le renforcement de la coopération   sécuritaire, à travers la création d’un mécanisme frontalier de coopération    et de coordination, lequel sera composé d’experts en affaires sécuritaires   des deux pays.

Il s’agit aussi de l’intensification de l’opération de délimitation au  niveau des postes-frontières, de la poursuite des opérations de formation    dans les domaines de la police, de la protection civile et des douanes, et  de l’intensification de la lutte contre la migration clandestine et du   démantèlement des réseaux de la contrebande.

Les participants ont également préconisé la réalisation par la partie algérienne à partir de l’année 2022 d’un institut islamique à Agadez, et la poursuite de mise en £uvre du programme des bourses octroyées en matière de formation des Imams nigériens, ainsi que l’organisation des campagnes de vaccination au profit des populations des frontières et l’examen conjoint de la possibilité de réhabilitation du Lycée professionnel d’amitié Niger-Algérie.

Ces participants ont en outre suggéré l’octroi des bourses dans le domaine de la formation professionnelles au profit des jeunes habitant des zones frontalières du Niger et l’organisation périodique de la manifestation économique dans la wilaya de Tamanrasset, qui sera à chaque fois consacrée à un pays africain, laquelle sera ouverte début 2022 au Niger.

Entres autres recommandations il y a lieu de citer l’accompagnement et le soutien à la partie nigérienne en matière de création d’une libre zone commerciale à Arlit et d’élaboration d’une carte épidémiologique relative à la zone frontalière, outre le soutien technique dans le cadre de la lutte antiacridienne.