Sahara Occidental: la France et le Maroc , obstacles au règlement du conflit

Sahara Occidental: la France et le Maroc , obstacles au règlement du conflit

Comme il l’a bien révélé l’ancien envoyé spécial du Secrétaire Général de l’ONU, Christopher Ross, au sujet des entraves des missions des envoyés spéciaux de l’ONU pour le Sahara Occidental, et la mission de la Minurso,dressées par le Maroc soutenu par la France, le Makhzen n’est pas prêt pour se soumettre à la légalité internationale et l’application des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Aujourd’hui, des sources diplomatiques proches du dossier sahraoui, affirment que la France rejette l’introduction d’un amendement sur un projet de résolution renouvelant la mission de l’ONU pour la supervision du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, la Minurso. L’amendement concerne l’élargissement de la mission de la Minurso, lui attribuant le droit de la supervision du respect des droits de l’homme au Sahara Occidental. Il convient de rappeler que cet amendement lié au respect des droits de l’homme au Sahara Occidental, figurait sur les propositions contenues dans la lettre adressée par Christopher Ross et une dizaine de sénateurs américains et démocrates, au Secrétaire d’État américain Antony Blinken.

La position française de bloquer toute issue pour le règlement du conflit qui empoisonne la région depuis l’occupation marocaine des territoires sahraouis, intervient dans une conjoncture de tension entre Alger et Rabat et Alger et Paris. Le Makhzen n’aurait jamais pensé à violer le cessez- le feu de 1991, le mois de novembre dernier, si sa majesté ne bénéficiait pas du soutien de Paris et des lobbys sionistes établis dans l’Hexagone .Cette violation du cessez-le feu intervenait avant même la publication du fameux tweet du président américain sortant et de la normalisation de Rabat avec l’entité sioniste.

La France et sa perception du respect des droits de l’homme

Le respect des droits de l’homme au Sahara, et la détermination de la communauté internationale, à introduire un amendement dans la mission de la Minurso, ont mis à nu la perception du volet du respect des droits de l’homme par Paris, qui opte pour le deux poids deux mesures, selon l’aliénation à ses intérêts néocoloniaux. Déjà épinglée par la communauté internationale au sujet du respect des droits de l’homme chez-elle, particulièrement la gestion des manifestations des Gilets jaunes, la France n’a jamais condamné le non –respect des droits de l’homme par son allié marocain au Sahara Occidental, et au Maroc, alors qu’elle se prend pour le plus respectueux de ce volet en s’attaquant à des pays qui refusent son chantage, marchandage et surenchère comme la Russie, la Biélorussie, la Chine ou même l’Algérie. D’ailleurs, la France est le dernier pays qui parle des droits de l’homme puisqu’elle détient un registre sinistre plein de génocides, de tortures et d’expositions de crânes de résistants qui avaient refusé de se plier à sa colonisation.

Moscou et Alger, déterminés à briser le statu-quo au Sahara Occidental

Dans un entretien téléphonique entre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergey Vershinin et Amar Belani, représentant spécial de l’Algérie pour le Sahara occidental et les pays du Maghreb, se sont mis d’accord pour entamer les démarches adéquates pour avancer dans le règlement de la question sahraouie » rapporte ce mardi le ministère russe des Affaires étrangères.-

« Un échange de vues a eu lieu sur la situation concernant le règlement du Sahara occidental à la lumière de la discussion du projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies visant à proroger le mandat de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental », indique la même source.

« Vershinin a confirmé la position de principe en faveur de la recherche d’une solution politique à ce problème de longue date dès que possible, sur la base des résolutions pertinentes des Nations unies et de son Conseil de sécurité. »

L’agence russe de politique étrangère a souligné que les parties avaient pris acte des démarches contre-productives « visant à prédéterminer le statut final du Sahara occidental » et insisté sur la nécessité de poursuivre les efforts coordonnés de la communauté mondiale visant à résoudre ce conflit qui répond aux intérêts fondamentaux du peuple maghrébin.

« Un soutien mutuel a été exprimé aux activités du nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura », ajoute le ministère russe des affaires étrangères.

« Le ton général a été exprimé pour la poursuite du développement des relations amicales russo-algériennes, y compris l’approfondissement de la coordination de la politique étrangère », a conclu le ministère russe des Affaires étrangères.