Un Putsch aurait été déjoué en France: Le Général démissionnaire De Villiers éventuel candidat à la présidentielle de 2022

Un Putsch aurait été déjoué en France: Le Général démissionnaire De Villiers éventuel candidat à la présidentielle de 2022

L’histoire s’est-t-elle répétée loin de la connaissance des français ? 60 ans après le putsch manqué du 21 avril 1961, appelé putsch d’Alger, mené par quatre généraux cinq étoiles (Maurice Challe, Edmond Jouhaud, Raoul Salan et André Zeller) le journal français révèle ce mercredi 27 octobre 2021, l’existence d’un projet de coup d’État présumé intitulé » opération Azur » dont l’instigateur est Rémy Daillet, mis en examen le 22 octobre dernier. Rémy Daillet est considéré comme une figure du complotisme a été accusée d’association de malfaiteurs terroriste en compagnie de 13 autres prévenus.

Rémy Daillet établi depuis 2020 en Malaisie, véhicule ses idées jugées « révolutionnaires » ne cache pas ses idées jugées « révolutionnaires « dans ses vidéos publiées sur les réseaux sociaux et visionnées des centaines de milliers de fois.

Depuis la Malaisie, où il vit avec sa femme et ses enfants, il clame : « Je vais renverser le gouvernement de la République totalement vendue aux puissances d’argent. » Il est formel, il sera « celui qui abolira le régime actuel et le remplacera par un nouveau », promettant de encore « chasser » Emmanuel Macron qu’il accuse d’avoir « trahi la France ».

Le réseau aurait prévu de s’emparer du palais de l’Élysée

Selon le Parisien, les services secrets intérieurs en France, sont convaincus que l’organisation menée par Rémy Daillet aurait prévu de « s’emparer du Palais de l’Élysée et des points névralgiques de la capitale »

Le Général Villiers serait candidat de la présidentielle de 2022

Démissionnaire le 19 juillet 2017, suite à un bras de fer avec Emmanuel Macron, élu de la présidentielle d’avril 2017 et actuel locataire du Palais de l’Élysée, l’ancien chef d’état-major des armées Pierre de Villiers. Une démission qui avait été attribuée à l’histoire des économies de 850 millions d’euros réclamés par le général Pierre De Villiers, et qui refusait toute restriction budgétaire concernant le département de défense. Cette démission a été suivie ces derniers mois par la prétendue retraite de son successeur le général François Lecointre, dans le sillage de la retentissante tribune parue dans Valeurs Actuelles, signée par des généraux appelant à la destitution d’Emmanuel Macron.
Aujourd’hui, il est clair, selon certaines sources françaises, que le Général Pierre De Villiers serait candidat d’une frange ayant fait partie de l’Establishment français, pour la présidentielle de 2022, en vue de tenir l’équilibre en France, évitant de basculer dans l’extrême droite représentée par Marine Le Pen et Eric Zemmour et l’actuel président Emmanuel Macron de plus en plus décrié et qui ne cesse de cumuler les échecs. Que diront les propagandistes de « Madania Machi Askaria